AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Prieres en commun

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aliya Oum Taymiya
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 7452
Age : 33
Localisation : Sur la Terre d'Allah ta'ala
Date d'inscription : 24/06/2006

MessageSujet: Prieres en commun   Jeu 21 Déc 2006 - 17:59



L’Imam attendant les adorateurs pendant l’inclinaison

Question: Est-il nécessaire que l’Imam attende s’il entend les retardataires courir pendant l’inclinaison, ou à la fin du Tashahhud final?

Réponse: Il est meilleur de ne pas se presser; il est meilleur pour l’Imam de faire doucement, de façon à ne pas cause de difficultés aux croyants, car la considération envers ceux qu’il guide et qui sont arrivés en premier est plus importante. Donc il doit s’en remettre à eux. Mais s’il retarde juste d’un petit peu pour que ceux qui arrivent puisse attraper l’inclinaison, la prosternation ou le Tashahhud, c’est mieux et préférable pour l’Imam.

Ibn Baz


Règle sur le fait de se hâter et de courir afin d’attraper la prière

Question: De nombreux musulmans prennent grand soin de ne rien manquer de la prière, et à cause de cela, quand ils approchent de la mosquée et qu’ils entendent l’Imam prier, ils se mettent à courir vers la mosquée afin d’attraper la prière. Quelle est la règle à ce sujet, ou sur ce phénomène?

Réponse: Se hâter et courir est détestable et ne doit pas être fait, comme le Prophète (salallahou ‘aleyhi wa salam) a dit: “Quand vous venez prier, marchez et soyez calmes et dignes; et quoi que vous attrapiez de la prière, priez le, et ce que vous avez manqué, rattrapez le ” (Al-Bukhari nos. 635-636 et Muslim no. 602).

Dans une autre version: “N’y venez pas (à la prière) en vous ruant, mais venez-y calmement; et ce que vous attrapez, priez-le, et ce que vous avez manqué, rattrapez-le ” (Muslim no. 602).

La Sunnah est de s’approcher en marchant doucement, à une allure normale, humblement, sans hâte, paisiblement et tranquillement, jusqu’à atteindre le rang – c’est la Sunnah.

Ibn Baz

Quand une personne guide deux garçons dans la prière, où doit-il les placer?

Question: Quand un homme guide deux garçons ou plus qui n’ont pas encore atteint l’âge de sept ans, où doit-il les placer derrière lui ou à sa droite?

Réponse: La Sunnah pour les adorateurs qui ont atteint sept ou plus, c’est de se mettre derrière l’Imam, comme les adultes. Cependant, s’il n’y en a qu’un, il doit se mettre à droite de l’Imam, parce qu’il a été authentiquement rapporté du Prophète (salallahou ‘aleyhi wa salam) qu’il a prié dans la maison de Abu Talhah et qu’il a placé Anas et l’orphelin derrière lui et Umm Sulaim derrière eux. Et il a aussi été authentiquement rapporté de lui dans une autre narration qu’il a guidé Anas dans la prière et qu’il l’a mis à sa droite et qu’il a guidé Ibn 'Abbas dans la prière en le plaçant à sa droite.

Le comité permanent


Règle sur la prière au bureau, dans les instituts, les compagnies etc.

Question: La direction de l’organisation pour ordonner le bien et interdire le mal dans notre ville demande à ce que chaque employé de la banque doit accomplir la prière de Zuhr à la mosquée la plus proche, alors que le directeur considère que les employés de la banque doivent prier en congrégation dans la banque. Nous demandons un verdict légal sur cela.

Réponse: La Sunnah pratique et orale du Messager (salallahou ‘aleyhi wa salam) montre que la pratique correcte c’est de faire la prière en congrégation à la mosquée. Et le Prophète (salallahou ‘aleyhi wa salam) voulait mettre le feu aux maisons de ceux qui ne le faisaient pas alors qu’ils étaient à l’intérieur. Et il a été rapporté que les califes et les compagnons, qu’Allah soit satisfait d’eux, et ceux qui les ont suivi accomplissaient la prière en congrégation à la mosquée. Et il a été authentiquement rapporté du Prophète (salallahou ‘aleyhi wa salam) qu’il a dit: “Quiconque entend l’appel (à la prière) et n’y répond pas, il n’y a pas de prière pour lui, à moins qu’il ait une excuse (c'est-à-dire la maladie, le voyage etc.)” (Ibn Majah no. 793, Ad-Daraqutni 1: 420 et Al-Hakim 1: 245).

Il a aussi été rapporté authentiquement de lui (salallahou ‘aleyhi wa salam) qu’un aveugle lui a dit: "O Messager d’Allah! Je n’ai pas de guide pour me conduire à la mosquée; y a-t-il une permission pour moi de prier à la maison?" Le Messager d’Allah (salallahou ‘aleyhi wa salam) a répondu: “Entends-tu l’appel à la prière? Il a répondu: "Oui." Alors le Messager d’Allah (salallahou ‘aleyhi wa salam) a dit: “Alors réponds-y ” (Muslim no. 653). Dans une autre narration, il (salallahou ‘aleyhi wa salam) a dit: “Je ne trouve aucune autorisation pour toi ” (Ahmad 3: 423 et Abu Dawud no. 552).

Donc il est clair qu’il est une obligation pour les employés de la banque d’accomplir le Zuhr en congrégation à la mosquée qui est proche d’eux, conformément à la Sunnah et pour remplir les obligations et pour empêcher toute excuse visant à éviter la prière dans les mosquées, et aussi pour éviter toute ressemblance avec les hypocrites.

Et par Allah on atteint le succès. Et que la paix et les bénédictions soient sur notre Prophète, Muhammad sur sa famille et ses compagnons.

Le comité permanent


Règle sur la formation d’une seconde congrégation par ceux qui ont manqué la prière

Question: Est-il permis aux gens qui arrivent en retard à la prière en congrégation et qui trouvent que les gens ont déjà prié en congrégation dans la mosquée, de former une seconde congrégation? Et y a-t-il une contradiction entre le Hadith qui déclare: “Qui fera la charité à cet imam” (Abu Dawud no. 574) et la parole de Ibn Mas'ud et d’autres: "Si nous manquions la prière en commun, ou que la prière était finie, nous prions individuellement." – ou quelle que soit la façon dont il l’a dit – qu’Allah soit satisfait de lui?

Réponse: Celui qui est venu à la mosquée et a trouvé que la congrégation a déjà prié avec l’Imam régulier ou avec un autre Imam, doit la faire en congrégation avec les autres comme lui qui ont manqué la prière en commun, ou un de ceux qui a déjà prié doit leur donner la charité (c'est-à-dire les guider), conformément à la narration de Ahmad dans son Musnad et d’Abu Dawud dans ses Sunan, sous l’autorité de Abu Sa'id Al-Khudri dans lequel il a dit que le Messager d’Allah (salallahou ‘aleyhi wa salam) a vu un homme prier seul et il a dit: “Lequel d’entre vous participera à cela?”

Alors un homme s’est levé et a prié avec lui. Cela a été rapporté par At-Tirmithi, de Abu Sa'id, qui a dit: "Un homme est venu après que le Messager d’Allah (salallahou ‘aleyhi wa salam) avait fini de prier et il a dit: “Lequel d’entre vous fera la charité à cet homme?” (At-Tirmithi no. 220).

Donc un homme s’est levé et a prié avec lui. D’après At-Tirmithi, c’est un Hadith Hassan. Cela a aussi été rapporté par Al-Hakim, qui l’a dit Sahih, et Ath-Thahabi est d’accord avec lui. Et il a été mentionné par Ibn Hazm dans Al-Muhalla qui a indiqué qu’il est authentique. Abu 'Issa At-Tirmithi a dit: "Et c’est la parole de plus d’un compagnon et Tabi'in, qui ont dit: 'Il n’y a pas d’objection à ce qu’un groupe accomplisse une seconde congrégation dans la mosquée où la prière à déjà eu lieu.'" Et Ahmad et Ishaq sont de ce même avis.

D’autres ont dit qu’ils doivent prier individuellement, dont Sufyan, Ibn Al-Mubarak, Malik et Ash-Shafi'i, qui sont tous de l’avis qu’ils doivent prier individuellement.

Cependant, eux et ceux qui sont d’accord avec eux, expriment seulement que c’est détestable de crainte de mener à une division et d’encourager à la dissension, et de donner aux adeptes de certaines sectes une excuse pour venir en retard à la prière pour pouvoir établir une seconde congrégation et de prier derrière un Imam qui est d’accord avec les enseignements de cette secte et avec leurs innovations. Donc, afin de fermer la porte de la division et d’empêcher les gens des sectes d’atteindre leur but, ils ont dit que l’on ne doit pas prier en congrégation à la mosquée après que la congrégation a déjà prié derrière l’Imam régulier, ou en général.

Mais la première opinion est la plus correcte, d’après le Hadith mentionné et d’après le sens général des paroles d’Allah: “Craignez Allah, donc autant que vous pouvez, ” (At-Taghabun 64: 16) et les paroles du Prophète (salallahou ‘aleyhi wa salam): “Si je vous ordonne de faire quelque chose, alors faites le, autant que vous le pouvez ” (Muslim no. 1337 et Ahmad 2: 2 et 508).

Et il ne fait aucun doute que prier en congrégation fait partie de la crainte d’Allah et de ce que la loi islamique a ordonné, et donc on doit être consciencieux dans son accomplissement, autant que faire se peut … et il n’est pas correct de contredire les narrations authentiques d’après les opinions des savants qui n’aiment pas que soit répétée les prières en commun dans les mosquées; plutôt, il est obligatoire d’agir conformément à ce qui a été prouvé par les narrations authentiques, et si on sait qu’un individu ou un groupe de gens viennent délibérément en retard par manque d’attention et qu’ils le font souvent, ou si on sait que leur secte vient en retard afin de prier avec les autres comme eux, ils doivent être punis de la façon dont les responsable jugent qu’il convient, afin de les empêcher et que les autres sectes de faire cela.

De cette façon, la porte sera fermée à la division et le but des sectes sera frustré, sans abandonner le fait d’agir conformément aux preuves qui prouvent qu’il est permis de former une seconde congrégation pour ceux qui ont manqué la première.

Le comité permanent

source : islamvie.com

_________________




'Umar Ibn AbdelAziz dit:" Quiconque oeuvre sans science, ce qu'il corrompt est supérieur à ce qu'il réforme" (Jami' Bayan al 'ilm... 27/1)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://annisa.superforum.fr
Aliya Oum Taymiya
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 7452
Age : 33
Localisation : Sur la Terre d'Allah ta'ala
Date d'inscription : 24/06/2006

MessageSujet: Re: Prieres en commun   Dim 24 Déc 2006 - 2:35

La prière en commun est obligatoire

Question: Certains – qu’Allah les guide et nous guide – ne vont pas aux prières en commun, sans avoir de raison licite et certains s’excuse par leurs occupations matérielles, et quand on leur donne des conseils, ils s’obstinent; En fait, ils répondent toujours: "La prière c’est pour Allah et nul ne doit interféré avec." Que dites vous de cela?

Réponse: Se donner de bons conseils entre musulmans et censurer le mal est une des plus importantes obligations de l’islam, comme Allah, Le Glorieux, dit : “Les croyants et les croyantes sont alliés les uns des autres. Ils commandent le convenable, interdisent le blâmable accomplissent la Salât, acquittent la Zakat et obéissent à Allah et à Son messager. Voilà ceux auxquels Allah fera miséricorde, car Allah est Puissant et Sage. ” (At-Tawbah 9: 71).

Et le Prophète (salallahou ‘aleyhi wa salam) a dit: “Si l’un de vous voit quelque chose de détestable, il doit le changer par sa main; et s’il ne peut le faire, alors par la paroles; et s’il ne peut le faire, alors dans son coeur – et c’est le plus faible de la foi ” (Muslim no. 49).

Et il (salallahou ‘aleyhi wa salam) a dit: “La religion, c’est de conseiller.” On a dit: "Pour qui, O Messager d’Allah?" Il a répondu: “Pour Allah, pour ses Livres, Ses Messager, les chefs des musulmans et les musulmans en général ” (Muslim no. 55).

Cela a été rapporté par Muslim dans son Sahih.

Il ne fait aucun doute qu’abandonner la prière en congrégation sans avoir de raison valable est une forme de Munkar, qui doit être censuré. On doit- accomplir les cinq prières à la mosquée pour les hommes, d’après de nombreuses preuves, comme les paroles du Prophète (salallahou ‘aleyhi wa salam): “Quiconque entend l’appel (à la prière) et n’y répond pas, il n’y a pas de prière pour lui, à moins qu’il ait une excuse (c'est-à-dire la maladie ou le voyage)” (Ibn Majah no. 293, Ad-Daraqutni 1: 420 et Al-Hakim 1: 245).

Il a été authentiquement rapporté du Prophète (salallahou ‘aleyhi wa salam) qu’un aveugle lui a dit: "O Messager d’Allah! Je n’ai pas de guide pour me diriger jusqu’à la mosquée; y a-t-il une permission pour moi pour que je prie à la maison?"

Le Messager d’Allah (salallahou ‘aleyhi wa salam) a demandé: “Entends-tu l’appel à la prière?” Il a répondu: "Oui." Il (salallahou ‘aleyhi wa salam) a dit: “Alors réponds-y ” (Muslim no. 653).


Les Hadiths portant le même sens sont nombreux, donc c’est une obligation pour le musulman, quand un musulman critique un de ses défauts, de ne pas se mettre en colère et de ne lui répondre qu’avec de bonnes paroles. En fait, il doit le remercier et demander à Allah de le récompenser, parce qu’il l’a invité à l’obéissance à Allah et il lui a rappelé son obligation, donc il ne lui est pas permis d’être arrogant envers celui qui l’invite à la vérité, d’après les paroles d’Allah, en réprimande à ceux qui le font, qui leur promet le châtiment de l’enfer: "Et quand on lui dit: ‹Redoute Allah›, l'orgueil criminel s'empare de lui, l'Enfer lui suffira, et quel mauvais lit, certes! ” (Al-Baqarah 2: 206).

Quiconque a attrapé la prière dans le Tashahhud final, a manqué la prière en congrégation

Question: Si un adorateur arrive à la prière en commun dans le Tashahhud final, est-il crédité de la prière en commun ou pas?

Réponse: La prière en congrégation n’est attrapée que si une Rak'ah est attrapée, d’après les paroles du Prophète (salallahou ‘aleyhi wa salam): “Quiconque a attrapé une Rak'ah de la prière a attrapé la prière” (Al-Bukhari no. 580 et Muslim no. 607).

Mais quiconque est en retard pour une raison valable, comme la maladie etc., aura la récompense de la prière en congrégation, d’après le Hadith du Prophète (salallahou ‘aleyhi wa salam): “Si un homme est malade ou en voyage, Allah lui écrira la récompense qui aurait eu s’il avait été résident et en bonne santé ” (Al-Bukhari no. 2996 et Ahmad 4: 410).

Ibn Baz


Il ne prie en congrégation que le vendredi

Question: Il a un musulman qui prie à la maison et il prétend que sa foi est forte, mais ne va à la mosquée que le vendredi. S’il meurt, les gens de la mosquée devront-ils faire la prière du mort sur lui ou pas?

Réponse: L’opinion la plus correcte parmi les opinions des savants est qu’accomplir les cinq prières obligatoires est une obligation pour chaque homme capable de le faire. Donc un homme qui ne fait pas les prières en congrégation à la mosquée et qui na pas d’excuse pour cela est un pécheur qui a désobéi à Allah et à Son Messager (salallahou ‘aleyhi wa salam). La preuve de cela est qu’Allah a enjoint leur accomplissement en congrégation en temps de Jihad dans le chemin d’Allah, les plus difficiles moments, même si cela entraîne l’abandon de certains conditions de son acceptation, comme la manière de faire le Salatul-Khawf - Allah, le Très Haut dit: “ Et lorsque tu (Muhammad) te trouves parmi eux, et que tu les diriges dans la Salat, qu'un groupe d'entre eux se mette debout en ta compagnie, en gardant leurs armes. Puis lorsqu'ils ont terminé la prosternation, qu'ils passent derrière vous et que vienne l'autre groupe, ceux qui n'ont pas encore célébré la Salat. A ceux-ci alors d'accomplir la Salat avec toi, prenant leurs précautions et leurs armes. Les mécréants aimeraient vous voir négliger vos armes et vos bagages, afin de tomber sur vous en une seule masse. ” (An Nissa’ 4: 102).

Et la preuve venant de la Sunnah est la narration de Abu Hurairah, qu’Allah soit satisfait de lui, dans laquelle il a dit que le Messager d’Allah (salallahou ‘aleyhi wa salam) a dit: “Celui qui tient mon âme entre Ses mains, j’ai voulu ordonné que du feu soit apporté, puis d’ordonner la prière et que le Adhan soit appelé, puis d’ordonner à un homme de guider la prière pour les gens et d’aller chez les hommes qui ne sont pas venus prier et de brûler leurs maisons sur eux. Et par Celui qui Tient mon âme entre Ses mains, si l’un d’eux savait qu’il allait trouver un bon morceau de viande ou de bonnes côtelettes, il viendrait à la prière de 'Isha' ” (Al-Bukhari no. 644 et Muslim no. 651).

Le comité permanent

Il n’y a pas d’objection à ce que le coté droit du rang soit plus long que le coté gauche

Question: L’Iqamah a été appelé pour la prière de 'Isha' et le coté droit du rang était plein, alors qu’il n’y avait que quelques personnes sur le coté gauche, alors nous avons dit: "Egalisez le rang sur la gauche." Mais un des adorateurs a dit: "La droite est meilleur." Cependant, un des adorateurs l’a corrigé avec le Hadith: “Quiconque remplit le coté gauche du rang aura deux récompenses.” S’il vous plait donnez-nous un verdict qui soit l’avis correcte en la matière.

Réponse: La preuve a été authentiquement rapportée du Prophète (salallahou ‘aleyhi wa salam) montrant que le coté droit de chaque rang est meilleur que le gauche, et il n’est pas licite de dire au gens: “Egaliser els deux cotés."

Et il n’y a pas d’obligation à ce que le coté droit soit plus long, si cela est du au désir d’obtenir une faveur d’Allah.

Quant à ce qu’a dit un des présents, concernant le Hadith: “Quiconque a rempli le coté gauche d’un rang aura deux récompenses.”

Je n’en connais aucun fondement. [Ibn Baz a dit: "Plus tard, j’ai trouvé que cela a été rapporté par Ibn Majah."]

Il est probable que c’est une fabrication inventée par des gens paresseux qui ne font pas attention à prier à la droite du rang, ou qui ne se concurrencent pour l’obtenir. Et Allah est Celui qui guide vers le chemin droit.

Ibn Baz


D’où doit commencer le rang?

Question: D’où doit commencer le rang dans la prière, commence-t-il derrière l’Imam, ou de la droite?

Réponse: Le premier rang de la prière commence derrière l’Imam puis se remplit vers la droite et la gauche, pas depuis l’extrémité droite, comme le questionneur le dit, et de même le second rang etc.

Le comité permanent

Celui qui a mangé de l’ail, de l’oignon ou du poireau

Question: Il y a un Hadith rapporté du Messager d’Allah (salallahou ‘aleyhi wa salam) dans lequel il est dit: “Celui qui a mangé de l’oignon, de l’ail ou du poireau de doit pas s’approcher de notre mosquée pendant trois jour, parce que ce qui nuit aux humains nuit aux anges ” (Muslim no. 564 sans mentionner "trois jours ”) ou cependant il (salallahou ‘aleyhi wa salam) l’a dit. Cela signifie-t-il qu’il n’est pas permis de manger ces choses puis de prier à la mosquée jusqu’à l’écoulement de la période, ou cela signifie-t-il que le manger n’est pas permis pour celui qui veut aller prier en congrégation?

Réponse: 1. Ce Hadith et d’autres Hadiths authentiquement ayant le même sens prouvent qu’il est détestable pour le musulman de participer à la prière en congrégation tant que l’odeur continue d’émaner de lui, de déranger ceux qui sont autour, que ce soit à cause de l’ail, des oignons ou du poireaux et d’autres choses ayant une mauvaise odeur déplaisante, comme la cigarette, jusqu’à ce que l’odeur soit partie. Quant à la limite de trois jours, il n’y aucun fondement à cela.

Ibn Baz

Question: 2. Nous prêchons aux adorateurs lors du Fajr et de 'Isha' et nous vérifions ceux qui ne participent pas à la prière; cela a-t-il été rapporté du Prophète (salallahou ‘aleyhi wa salam)? Je demande une clarification avec des preuves.

Réponse: Il incombe aux musulmans de se conseiller et de coopérer dans la droiture et la piété et d’enjoindre au bien et d’interdire le mal. Et dans l’application de cela, il peut être nécessaire pour le musulman de vérifier la situation de son frère, mais ne pas l’épier. Plutôt, il doit lui rendre visite s’il est malade et le conseiller de ce qui lui est bénéfique ou de l’encourager et de l’aider a obtenir ce qui est un bien pour lui, ou de le mettre en garde contre la difficulté et la nuisance, de l’enjoindre aux bonnes actions et de lui interdire le mal etc. Cela inclut de vérifier les adorateurs, car il a été rapporté que le Prophète (salallahou ‘aleyhi wa salam) a questionné les adorateurs lors de la prière du Fajr, en disant: “Untel et untel est-il présent? Untel est-il présent?” (Abu Dawud no. 554, An-Nasa'i no. 844 et Ahmad 5: 140).

Le comité permanent


Dormir à l’heure de la prière du Fajr

Question: Parfois je me sens lourd et fatigué et je m’endors et je suis incapable de faire le Fajr sauf chez moi; cela m’est-il permis?

Réponse: Il incombe à celui qui est obligé les préceptes de la religion de faire toutes les cinq prières à la mosquée avec ses frères musulmans, et il ne lui est pas permis de na pas faire attention à cela. Et ne pas participer à la prière de Fajr ou a une autre prière est une des caractéristiques de l’hypocrisie, comme Allah, le Tout Puissant dit : “Les hypocrites cherchent à tromper Allah, mais Allah retourne leur tromperie (contre eux-mêmes). Et lorsqu'ils se lèvent pour la Salat, ils se lèvent avec paresse et par ostentation envers les gens. A peine invoquent-ils Allah” (An Nissa’ 4: 142).

Et le Prophète (salallahou ‘aleyhi wa salam) a dit: “Les prières les plus difficiles pour les hypocrites sont 'Isha' et Fajr. S’ils savaient quel mérite elles renferment, ils y viendraient en rampant ” (Al-Bukhari no. 657 et Muslim no. 651).

Et il (salallahou ‘aleyhi wa salam) a dit: “Quiconque entend l’appel à la prière et n’y répond pas, il n’y a pas de prière pour lui, à moins qu’il ait une excuse ” (Ibn Majah no . 793, Ad-Daraqutni 1: 420 et Al-Hakim 1: 245).

Un aveugle est venu voir le Prophète (salallahou ‘aleyhi wa salam) et a dit: "O Messager d’Allah! Je n’ai pas de guide pour le conduire à la mosquée; Y a-t-il une autorisation pour que je prie à la maison?" Le Messager d’Allah (salallahou ‘aleyhi wa salam) a demandé: “Entends-tu l’appel à la prière? Il a répondu: "Oui." Il (salallahou ‘aleyhi wa salam) a dit: “Alors réponds-y ” (Muslim no. 653).

Alors si un aveugle qui n’a personne pour le guider à la mosquée n’a pas le droit d’abandonner la prière en congrégation, alors il est clair que les autres en ont encore moins le droit. Ainsi, il vous incombe, O questionneur, de craindre Allah, le Puissant, et de faire les prières en congrégation au Fajr et aussi les autres prières et d’aller vous coucher de bonne heure, afin de pouvoir vous lever pour faire la prière du Fajr. Il n’y a aucune autorisation pour que vous priiez à la maison, à moins que vous n’ayez une excuse valable, comme la maladie ou la peur. Qu’Allah nous accorde le succès à tous en trouvant a vérité et en nous gardons fermement dessus.

Ibn Baz

source : islamvie.com

_________________




'Umar Ibn AbdelAziz dit:" Quiconque oeuvre sans science, ce qu'il corrompt est supérieur à ce qu'il réforme" (Jami' Bayan al 'ilm... 27/1)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://annisa.superforum.fr
Aliya Oum Taymiya
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 7452
Age : 33
Localisation : Sur la Terre d'Allah ta'ala
Date d'inscription : 24/06/2006

MessageSujet: Re: Prieres en commun   Lun 25 Déc 2006 - 0:39

Invocations après les prières obligatoires en congrégation

Question: Est-il permis à l’Imam et à tous les gens d’invoquer après les prières obligatoires en commun?

Réponse: Une réponse à cela a été donnée par le comité permanent dont voici le texte:

"Les actes d’adoration sont de natures fixée, et il n’est pas permis de dire que ces actes d’adoration sont licite du point de vue de leur origine, de leur nombre, de leur forme ou de leur place, sauf avec des preuves légales; et nous ne connaissons pas de Sunnah du Prophète (salallahou ‘aleyhi wa salam) en cette matière, ni par la parole ni par l’action, ni d’approbation. Et tous les biens viennent en suivant sa guidance. Et, sa guidance en cette matière c’est ce qui a été confirmé par les preuves qui prouvent ce qu’il (salallahou ‘aleyhi wa salam) faisait et ce que faisaient après lui ses califes et ses compagnons, qu’Allah soit satisfait d’eux, et ce que faisaient ceux qui les ont suivis dans la foi (c'est-à-dire les Tabi'in). Quiconque a innové quelque chose qui contredit la guidance du Messager (salallahou ‘aleyhi wa salam), c’est rejeté, comme le Prophète (salallahou ‘aleyhi wa salam) a dit: “Quiconque accomplit une action qui n’est pas de nos affaires, se la verra rejetée ” (Muslim no. 1718).

Donc l’Imam qui invoque après le Taslim – et à qui ceux qui sont guidés dans la prière répondent: Amine, tous en levant leurs mains –doit produire des preuves authentiques pour cet acte; et s’il ne peut pas, alors c’est rejeté. A la lumière de cela, nous pouvons exposer certaines un peu de sa guidance (salallahou ‘aleyhi wa salam), dont: "Quand il faisait le Taslim, il demandait le pardon d’Allah trois fois puis disait: “Allahumma, Antas-Salamu wa minkas-salamu, tabarakta ya Dzhal-Jalali wal-Ikram. (O Allah! Tu es la paix et de Toi vient la paix. Béni sois-tu, O possesseur du pouvoir et de l’honneur ” (Muslim no. 591).

On a dit à Al-Awza'i: "Comment recherche-t-on le pardon?" Il a dit: "On doit dire: “Astaghfirullah, Astaghfirullah" – “Je demande le pardon d’Allah, je demande le pardon d’Allah.”

C’est la narration de Muslim, At-Tirmithi et An-Nassa'i, sauf que An-Nassa'i a dit: "Après avoir fini la prière, le Messager d’Allah (salallahou ‘aleyhi wa salam) disait..." [An-Nassa'i no. 1338]


Puis il mentionnait ce Hadith. Dans la narration de Abu Dawud, on a dit que quand le Messager d’Allah (salallahou ‘aleyhi wa salam) finissait la prière, il disait: “Astaghfirullah” trois fois, puis: “Allahumma, Antas-Salam (O Allah! Tu es la paix)” (Abu Dawud no. 1513).

Dans la narration de Abu Dawud et An-Nassa'i, sous l’autorité de 'A'ishah, qu’Allah soit satisfait d’elle, on rapporte que quand le Messager d’Allah (salallahou ‘aleyhi wa salam) faisait le Taslim, il disait: “Allahumma, Antas-Salamu wa minkas-salamu, tabarakta ya Dzhal-Jalali wal-Ikram . (O Allah! Tu es la paix et de Toi vient la paix. Béni sois-tu, O Possesseur du pouvoir et de l’honneur)” (Abu Dawud no. 1512 et An-Nassa'i no. 1339).

Dans la narration de Muslim, sous l’autorité de Warrad, l’esclave affranchi de Al-Mughirah bin Shu'bah, on rapporte qu’il a dit: Al-Mughirah bin Shu'bah m’a récité d’une lettre de Mu'awiyah: "Le Prophète (salallahou ‘aleyhi wa salam) disait, à la fin de chaque prière obligatoire: “La ilaha illallahu wahda-u la sharika lahu, lahul-mulku wa lahul-hamdu wa Huwa 'ala kulli shay' in Qadir. Allahumma, la mani'a lima a'ataita, wa la mu'tiya lima mana'ta, wa la yanfa'u dzhal-jaddi minkal-jadd. (Nul n’a le droit d’être adoré sauf Allah, Seul, sans associé. Il est le Dominateur et toutes les louanges sont à Lui et Il est capable de tout. O Allah! Nul ne peut nier ce que Tu as donné. Et nul ne peut donner ce que tu renies. Et nul bonheur ne peut bénéficier à son propriétaire contre Toi)” (Al-Bukhari no. 844 et Muslim no. 593).

Il est aussi rapporté de Muslim, sous l’autorité de 'Abdullah bin Az-Zubair (salallahou ‘aleyhi wa salam) qu’il disait à la fin de la prière, après avoir fait le Taslim: “La ilaha illallahu wahdahu la sharika lahu, lahul-mulku wa lahul-hamdu, wa Huwa 'ala kulli shay'in Qadir. La hawla wa la quwwata illa billah. La ilaha illallahu. Wa la na'budu illa iyyahu. Lahun-ni'matu wa lahul-fadhlu wa lahuth-thana'ul-hasan. La ilaha illallahu mukhlisin lahud-dinu, wa law karihal-kafirun » - (Nul n’a le droit d’être adoré sauf Allah, Seul, sans associé. Il est le Dominateur et toutes les louanges sont à Lui et Il est capable de toute chose. Et il n’y a de puissance et de pouvoir qu’en Lui. Nul n’a le droit d’être adoré que Lui. Et nous n’adorons nul autre que Lui. Toutes les grâces Lui appartiennent et tous les biens et les meilleures louanges sont à Lui. Nul n’a le droit d’être adoré que Lui, sincèrement, et la religion est pour Lui, même si cela déplait aux idolâtres ” (Muslim no. 594)

Et il a dit: "Le Messager d’Allah (salallahou ‘aleyhi wa salam) faisait le Tahlil [Tahlil: Dire : La ilaha illallah (Nul n’a le droit d’être adoré sauf Allah] à la fin de chaque prière."

Dans Sahih Muslim, du Hadith de Abu Hurairah, on rapporte du Messager d’Allah (salallahou ‘aleyhi wa salam) qu’il a dit: “Quiconque a dit: "Subhan Allah" (Gloire à Allah) à la fin de la prière 33 fois et "Al-Hamdu Lillah" (Louanges à Allah) 33 fois et "Allahu Akbar" (Allah est le plus grand) 33 fois –ce qui fait 99 fois- puis dit à la fin: "La ilaha illallahu wahdahu la sharika lahu, Lahul-mulku wa lahul-hamdu wa Huwa 'ala kulli shay'in Qadir." – aura ses péchés pardonnés, même s’ils étaient comme l’écume de la mer ” (Muslim no. 597).

Quiconque souhaite obtenir plus d’informations sur les invocations, qu’il se réfère au Livre des invocations comme Jami'ul-Ussul et Majma'uz-Zawa'id et Al-Matalib Al-'Aliyah bi Zawai'd Al-Masanid Ath-Thamaniyah et d’autres. Et que la paix et les bénédictions soient sur notre Prophète Muhammad, sur sa famille et ses compagnons.

Le comité permanent

Règle sur la prière dans les jardins publics

Question: Quelle est la règle sur la prière dans les jardins publics, sachant que ces jardins sont irrigués par une eau qui ne sent pas bon, et on m’a fait comprendre que cet eau est filtrée à partir des égouts et des puits dans lesquels a fui de l’eau d’irrigation polluée? Dans ces conditions est-il interdit aux gens de prier dans les parcs? Je demande une clarification de l’opinion correcte en la matière.

Réponse: Tant qu’il y a une odeur nocive, y prier n’est pas correcte, parce qu’une des conditions pour l’acceptation de la prière est la pureté du sol sur lequel elle est accomplie par le musulman; Mais si on y met par-dessus quelque chose de propre et d’épais, la prière y sera correcte.

Mais il n’est pas permis au musulman de prier dans un jardin –même sur une couverture épaisse et propre – il lui incombe plutôt de prier avec ses frères musulmans dans les maisons d’Allah, les mosquées à propos desquelles, Le glorifié a dit: “ Dans des maisons [des mosquées] qu'Allah a permis que l'on élève, et où Son Nom est invoqué; Le glorifient en elles matin et après- midi, des hommes que ni le négoce, ni le troc ne distraient de l'invocation d'Allah, de l'accomplissement de la Salat et de l'acquittement de la Zakat, et qui redoutent un Jour où les coeurs seront bouleversés ainsi que les regards. Afin qu'Allah les récompense de la meilleure façon pour ce qu'ils ont fait [de bien]. Et Il leur ajoutera de Sa grâce. Allah attribue à qui Il veut sans compter. ” (An-Nur 24: 36-38).

Et le Prophète (salallahou ‘aleyhi wa salam) a dit: “Quiconque entend l’appelle (à la prière) et ne lui répond pas, il n’y a pas de prière pour lui, à moins qu’il est une excuse (c'est-à-dire la maladie ou le voyage)” (Ibn Majah no. 793, Ad-Daraqutni 1: 420 et Al-Hakim 1: 245).

Et un aveugle a demandé au Prophète (salallahou ‘aleyhi wa salam) : "O Messager d’Allah! Je n’ai pas de guide pour me conduire à la mosquée; Y a-t-il une autorisation pour moi de prier chez moi?"

Le Messager d’Allah (salallahou ‘aleyhi wa salam) répondit: “Entends-tu l’appel à la prière?” Il répondit: "Oui." Il (salallahou ‘aleyhi wa salam) dit: «Alors réponds-y ” (Muslim no. 653)
. Et les Hadiths dans le même sens sont nombreux.

Donc il incombe à l’organisation pour commander le bien et interdire le mal de faire cesser les gens de prier dans les parcs et de leur ordonner de prier dans les mosquées, conformément aux paroles d’Allah, Le Puissant: “ Entraidez-vous dans l'accomplissement des bonnes oeuvres et de la piété ” (Al-Ma'idah 5: 2).

Et les paroles d’Allah, Le Glorifié, Le Très Haut: “ Les croyants et les croyantes sont alliés les uns des autres. Ils commandent le convenable, interdisent le blâmable accomplissent la Salât, acquittent la Zakat et obéissent à Allah et à Son messager. Voilà ceux auxquels Allah fera miséricorde, car Allah est Puissant et Sage. ” (At-Tawbah9: 71).

Et les paroles du Prophète (salallahou ‘aleyhi wa salam): “Si l’un de vous voit quelque chose de détestable, il doit le changer par sa main; et s’il ne le peut pas, par la parole, et s’il ne le peut, alors dans son coeur – et c’est le plus faible de la foi ” (Ibn Majah no.49).

Ibn Baz

Règle sur la formation d’une seconde congrégation

Question: Des adorateurs sont arrivés à la prière en retard et ont formé une deuxième congrégation parce qu’ils avaient loupé la première avec l’Imam. Quelle est la règle en islam sur cela?

Réponse: Si les gens arrivent après que l’Imam a fait le Taslim et qu’ils forment une seconde congrégation, il n’y a pas de péché à cela, d’après les paroles du Prophète (salallahou ‘aleyhi wa salam): “Qui fera la charité à cet homme en priant avec lui?” (Ahmad 3: 45).

Le Comité Permanent


Est-il nécessaire de voir l’Imam?

Question: Il y a une mosquée près de nous et au nord il y a un morceau de terrain muré qui est attaché à la mosquée. Nous voudrions en faire un lieu de prière pour les femmes pour qu’elles y prient pendant Ramadhan; est-ce permis, en sachant qu’elles ne pourront pas voir l’Imam mais seulement le suivre par des hauts parleurs?

Réponse: Concernant la justesse de la prière, il y des désaccords parmi les savants, si elles ne peuvent voir ni l’Imam ni ceux qui sont derrière lui, mais qu’elles peuvent seulement entendre le Takbir; Mais il est plus sûr pour elles de ne pas prier sur le terrain décrit à moins qu’elles ne trouvent une place dans la mosquée derrière les adorateurs, ou une autre place d’où elles puissent voir l’Imam ou des adorateurs.

Ibn Baz

C’est un Hadith fabriqué non authentique

Question: Il y a un papier qui circule parmi les gens contenant un Hadith attribué au Prophète (salallahou ‘aleyhi wa salam) qui dit: “Quiconque est négligent dans la prière, sera puni par Allah de 15 châtiment” jusqu’à la fin de ce qui est écrit sur le papier. Est-ce un Hadith authentique?

Réponse: Ce Hadith est un mensonge fabriqué contre le Prophète (salallahou ‘aleyhi wa salam) sans fondement, comme cela a été clarifié par Al-Hafiz Ath-Thahabi – qu’Allah lui fasse miséricorde – dans Al-Mizan comme l’a fait Al-Hafiz Ibn Hajr dans Lisanul-Mizan, donc quiconque trouve ce papier doit le brûler, et celui qui le trouve doit être mis en garde contre le fait de le distribuer, afin de défendre le Prophète (salallahou ‘aleyhi wa salam) et de protéger sa Sunnah des mensonges des menteurs.

Et ce qui est écrit dans le Noble Qur'an et la Sunnah authentique du Prophète (salallahou ‘aleyhi wa salam) concernant l’ importance de la prière, l’avertissement contre sa négligence et la menace (de châtiment) pour ceux qui agissent ainsi, est suffisant et n’a pas besoin des fabrications de ces menteurs,
comme les paroles d’Allah, Le Glorieux: “ Soyez assidus aux Salats et surtout la Salat médiane; et tenez-vous debout devant Allah, avec humilité. ” (Al-Baqarah 2: 238).

Et ces paroles du Glorieux: “ Puis leur succédèrent des générations qui délaissèrent la prière et suivirent leurs passions. Ils se trouveront en perdition ” (Maryam 19: 59).

Et ces paroles du Glorieux: “ Malheur donc, à ceux qui prient tout en négligeant (et retardant) leur Salat, ” (Al-Ma'un 107: 4-5).

Et les versets portant le même sens sont nombreux. Et le Prophète (salallahou ‘aleyhi wa salam) a dit: “Le pacte entre nous et eux c’est la prière, et celui qui l’abandonne, a mécru ” (At-Tirmithi no. 2621, An-Nassa'i no. 464 et Ahmad 5: 346, 355).

Et il a dit: “Entre un homme et la mécréance et le Shirk il y a l’abandon de la prière.”

Un jour en mentionnant la prière à ses compagnons, il (salallahou ‘aleyhi wa salam) a dit: “Quiconque la garde strictement aura de la lumière, preuve de sa foi et une délivrance au Jour de la Résurrection. Et celui qui ne la garde pas strictement n’aura ni lumière, ni preuve de sa foi ni délivrance; et il sera rassemblé au Jour du Jugement avec Pharaon, Haman, Qarun et Ubayy bin Khalaf” (Ahmad 2: 169 et voir Majma'uz-Zawa'id no.1611).

Certains savants ont dit, en explication de ce Hadith, que celui qui a négligé les prières sera rassemblé au Jour de la Résurrection avec les mécréants, parce que s’il les a négligé à cause de son commandement alors il ressemble à Pharaon, et celui qui les a négligé parce qu’il était ministre ou un autre poste, il ressemble à Haman, le ministre de Pharaon et donc il sera rassemblé avec lui au jour de la Résurrection et emmené au Feu. Et celui qui les a négligé à cause de ses richesses et de ses désirs, il ressemble à Qarun, qu’Allah a fait engloutir par la terre, avec sa maison, à cause de son refus arrogant de suivre la vérité, à cause de sa grande richesse et parce qu’il suivait ces vains désirs – et il sera rassemblé avec lui et conduit au Feu. Et quiconque l’a négligé à cause du commerce ou d’autres affaires, ressemble à Ubayy bin Khalaf, le marchand mécréant des gens de La Mecque- et il sera rassemblé avec lui et emmené au Feu. Nous demandons à Allah de nous sauver de leur situation et de leurs semblables.

Ibn Baz

source : islamvie.com

_________________




'Umar Ibn AbdelAziz dit:" Quiconque oeuvre sans science, ce qu'il corrompt est supérieur à ce qu'il réforme" (Jami' Bayan al 'ilm... 27/1)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://annisa.superforum.fr
Aliya Oum Taymiya
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 7452
Age : 33
Localisation : Sur la Terre d'Allah ta'ala
Date d'inscription : 24/06/2006

MessageSujet: Re: Prieres en commun   Lun 25 Déc 2006 - 0:54

Il accomplit la prière du Fajr après le lever du soleil

Question: J’ai un ami qui habite près de chez moi... et la mosquée est très proche de nous... mais mon ami ne va pas à la prière du Fajr; il passe toute la nuit à regarder la télévision et à jouer aux cartes et il reste éveillé jusqu’aux première heures du matin et ne fait la prière du Fajr qu’après le lever du soleil. Je l’ai réprimandé plusieurs fois, mais son excuse c’est qu’il n’entend pas le Adhan, bien que la mosquée soit très proche de nous. Je lui ai bien dit que je suis près à le réveiller pour le Fajr, et vraiment, je vais chez lui le réveiller, mais je ne le vois pas à la mosquée. Et après la prière, je vais le voire et je le trouve en train de dormir; alors je le gronde et il profère de faibles excuses. Parfois, il me dit: "Tu es responsable de moi devant Allah au Jour de la Résurrection, parce que je suis ton voisin." Je demande une clarification de votre Excellence concernant cela. Suis-je réellement responsable de le lever pour la prière?

Réponse: Il n’est pas permis au musulman de rester éveiller au point que cela lui fait manquer la prière du Fajr en congrégation ou a son heure prescrite, même si c’est pour lire le Qur'an ou acquérir la science. Alors qu’en est-il quand on veille pour regarder la télévision ou jouer aux cartes etc.? En faisant cela, il commet un péché et mérite le châtiment d’Allah; il mérite aussi le châtiment des autorités à cause de sa négligence et de celle de ceux comme lui. Retarder la prière jusqu’au lever du soleil est un acte de mécréance majeur, si c’est accompli délibérément, d’après un grand nombre de savants, d’après les paroles du Prophète (salallahou ‘aleyhi wa salam): “Entre un homme et la mécréance et le Shirk il y a l’abandon de la prière ” (Muslim no. 81).

“Le contrat entre nous et eux c’est la prière, et quiconque l’abandonne, a mécru ” (At-Tirmithi no. 2621, An-Nassa'i no. 464 et Ahmad 5: 346, 355).

Il y a d’autres Hadiths et narrations des compagnons, qu’Allah soit satisfait d’eux, à ce sujet qui prouvent que celui qui délibérément, et sans excuse valable, retarder la prière de son heure désignée est un mécréant.

Ibn Baz


Un Verdict légal concernant celui qui délaisse la prière et la prière en congrégation

Question: Quelle est la règle concernant celui qui abandonne la prière, et quelle est la règle concernant la prière en congrégation?

Réponse: Après avoir étudier le sujet, le comité répond ce qui suit:

La prière est le plus grand des piliers de l’islam après les Shahadatain, et quiconque l’abandonne parce qu’il dément son caractère obligatoire est un mécréant, d’après l’accord unanime des savants. Quant à celui qui l’abandonne par négligence et fainéantise, l’opinion la plus correcte des savants c’est qu’il est un mécréant et ceci est basé sur ce qui a été rapporté par Muslim dans son Sahih que le Prophète (salallahou ‘aleyhi wa salam) a dit: “Entre un serviteur et la mécréance et le Shirk il y a l’abandon de la prière ” (Muslim no. 81).

Et ce qui a été rapporté par l’Imam Ahmad dans son Musnad et par At-Tirmidhi dans Al-Jami' que le Prophète (salallahou ‘aleyhi wa salam) a dit: “Le contrat entre nous et eux c’est la prière, et celui qui l’a abandonnée, a mécru ” (At-Tirmidhi no. 2621, An-Nassa'i no. 464 et Ahmad 5: 346 et 355).

Quant à son accomplissement en congrégation, c’est obligatoire à tout musulman, et la preuve en est dans le Livre d’Allah et la Sunnah; parmi les preuves venant du Livre il y a: “ Et lorsque tu (Muhammad) te trouves parmi eux, et que tu les diriges dans la Salat, qu'un groupe d'entre eux se mette debout en ta compagnie, en gardant leurs armes. ” (An-Nissa' 4: 102).

Donc Allah, le Glorifié, Le Très Haut a ordonné à Son Prophète, Muhammad (salallahou ‘aleyhi wa salam) d’établir la prière en congrégation, même en période de peur, ce qui prouve qu’en d’autres temps, cela incombe avec encore plus de raison.

Quant à la Sunnah, il a été authentiquement rapporté dans Sahih Muslim, sous l’autorité de Abu Hurairah, qu’Allah soit satisfait de lui, qu’il a dit: "Un aveugle est venu voir le Prophète (salallahou ‘aleyhi wa salam) et a dit: "O Messager d’Allah! Je n’ai pas de guide pour le conduire à la mosquée." Et il a demandé au Messager d’Allah (salallahou ‘aleyhi wa salam) de lui donner la permission (de prier chez lui), et il lui a accordé la permission. Puis alors qu’il partait, il l’a appelé et lui a demandé: “Entends-tu l’appel à la prière?" Il a dit: "Oui." Le Prophète (salallahou ‘aleyhi wa salam) a dit: “Alors réponds-y ” (Muslim no. 6531). Dans la narration de Ahmad, Le Prophète (salallahou ‘aleyhi wa salam) a dit: “Je ne trouve aucune autorisation pour toi ” (Abu Dawud no. 552 et Ahmad 3: 423).

La preuve que la prière en congrégation est obligatoire vient du fait que le Prophète (salallahou ‘aleyhi wa salam) n’a pas accordé la permission à cet aveugle de prier à la maison. Donc si cet aveugle n’a pas été autorisé à prier chez lui, alors celui qui voit en a encore moins le droit. Ceci est renforcé par le fait qu’il a été authentiquement rapporté du Prophète (salallahou ‘aleyhi wa salam) qu’il avait l’intention de brûler les maisons des gens qui ne participaient pas à la prière en congrégation à la mosquée. Et il ne serait pas permis de menacer ceux qui n’accomplissent pas acte simplement recommandé ou dont l’obligation était accomplie par le fait qu’un certain nombre de la communauté l’accomplit. Et que la paix et les bénédictions soient sur notre Prophète, Muhammad et sur sa famille et ses compagnons.

Le comité permanent

_________________




'Umar Ibn AbdelAziz dit:" Quiconque oeuvre sans science, ce qu'il corrompt est supérieur à ce qu'il réforme" (Jami' Bayan al 'ilm... 27/1)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://annisa.superforum.fr
Aliya Oum Taymiya
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 7452
Age : 33
Localisation : Sur la Terre d'Allah ta'ala
Date d'inscription : 24/06/2006

MessageSujet: Re: Prieres en commun   Lun 25 Déc 2006 - 2:52

Est-il permis d’informer les gens de celui qui ne prie pas, afin de les mettre en garde contre lui?

Question: Si je sais que quelqu’un ne prie pas, et ne mentionne pas Allah; en fait, en plus de cela, il est coupable chaque jour de mauvaises actions qui provoquent la colère d’Allah et de son Messager (Salallahou ‘aleyhi wa salam), est-il permis de le critiquer, afin que les gens sachent ce qui le concerne, ou il n’est pas permis de le faire?

Réponse: Vous devez le conseiller lui en premier, lui ordonner de faire ce qu’Allah lui a ordonné de faire et lui interdire de faire ce qu’Allah lui a interdit; et s’il obéit, même si c’est petit à petit, continuez de le conseiller autant que vous le pouvez; S’il ne le fait pas, alors évitez-le autant que faire se peut, afin d’éviter les possibilités de Fitnah et de rester loin du mal.
Après cela, il est permis de mentionner la négligence de son comportement concernant les actes d’adoration obligatoires et les péchés qu’il commet, à chaque fois qu’il y en a le besoin, afin que les gens prennent conscience de cela et se préserve du mal. Cela peut même être une obligation pour vous, si quelqu’un vous demande conseil en ce qui concerne de l’avoir pour voisin, pour partenaire en affaire ou pour employé par exemple, ou si vous craignez qu’il exerce une influence sur quelqu’un et l’affecte de son mal – dans ces cas là, il vous incombe d’annoncer ce que vous savez à son sujet afin de sauver les gens de bien de son mal, et dans l’espoir que cela peut l’empêcher de pécher s’il sait que les gens l’évitent et fuient sa compagnie.
Mais vous ne devez pas prendre ses mauvaises actions comme une source de distraction et d’amusement pour vous et les gens, ou de bavardages quand vous avez de la compagnie, car cela répand le mal et provoque la dépression de l’âme et la rend indifférente aux mauvaises actions. Vous ne devez pas non plus lui attribuer des péchés qu’il ne commet pas, pour l’avilir et le diffamer encore plus, car c’est du mensonge et des fausses accusations et que cela a été interdit par le Prophète.

Ibn Baz

J’ai un ami qui ne prie pas ni ne jeune; dois-je conserver mes relations avec lui ou pas?

Question: J’ai un ami qui m’est très cher et je l’aime beaucoup, mais cet ami ne fait pas les prières qui lui incombent, ni ne jeune le mois du Ramadhan. Je l’ai conseillé, mais il n’accepte pas mes conseils. Dois-je rester en relation avec lui?

Réponse: Cet homme et ses semblables doit être haï et doit s’opposer à lui au nom d’Allah jusqu’à ce qu’il se tourne en repentir vers Allah. Parce que, abandonner la prière est un acte d’incroyance majeure, d’après l’opinion des savants qui fait le plus autorité, d’après les paroles du Prophète (Salallahou ‘aleyhi wa salam): “Entre un serviteur et la mécréance et le Shirk il y a l’abandon de la prière ” (Muslim no. 81).

Cela a été rapporté par Muslim dans son Sahih. Il (Salallahou ‘aleyhi wa salam) a aussi dit: “Le contrat entre nous et eux est la prière, et celui qui l’a abandonnée, a mécru ” (At-Tirmidhi no. 2621, An-Nassa'i no. 464 et Ahmad 5: 346,355).

Les Hadith portant le même sens sont nombreux. Quand à l’abandon du jeune de Ramadhan sans excuse légale, comme la maladie et le voyage, vous le haïr au nom d’Allah et l’éviter, jusqu’à ce qu’il se repente à Allah, le Glorifié. Et il incombe aux responsables des affaires des musulmans d’appeler toute personne dont on sait qu’elle a abandonner la prière à se repentir; et s’il ne se repent pas, il doit être tué, d’après les paroles d’Allah, Le Tout Puissant: “ Si ensuite ils se repentent, accomplissent la Salat et acquittent la Zakat, alors laissez-leur la voie libre, car Allah est Pardonneur et Miséricordieux. ” (At-Tawbah 9: 5).

Cela prouve que celui qui ne prie pas n’est pas exempt d’être tué, et les preuves légales du Qur'an et de la Sunnah prouvent que c’est une obligation pour ceux qui sont responsables d’exécuter celui qui ne prie pas, s’il ne se repent pas devant Allah. Nous demandons à Allah de ramener votre compagnon au repentir et de le guider vers le chemin droit.

Ibn Baz


Celui qui abandonne la prière est un mécréant

Question: De nombreux parents ne prennent pas la peine d’instruire leurs enfants, en particulier en ce qui concerne les questions religieuses et ils sont négligents pour ce qui est de les enseigner, en prétextant la fatigue après une journée de travail. Quelle est votre opinion concernant ceux qui se disent musulmans, mais ne se souviennent qu’à peine de jeûner et de prier?

Réponse: Il incombe à tout croyant de faire bien attention à ses enfants, afin de satisfaire les paroles d’Allah, le Très Haut: “O vous qui avez cru! Préservez vos personnes et vos familles, d'un Feu dont le combustible sera les gens et les pierres, surveillé par des Anges rudes, durs, ne désobéissant jamais à Allah en ce qu'Il leur commande, et faisant strictement ce qu'on leur ordonne. ” (At-Tahrim 66: 6).

Et d’entreprendre la responsabilité que le Messager d’Allah (salallahou ‘aleyhi wa salam) a placé en eux, par ces paroles: “Un homme est le gardien de sa famille et il est responsable de ceux dont il a la charge ” (Al-Bukhari nos. 893, 2409, 2554 et 2558).

Et ces pourquoi le Messager d’Allah (salallahou ‘aleyhi wa salam) a dit: “Ordonnez à vos enfants de prier à 7 ans et battez-les s’ils ne le font pas à 10 ans” (Abu Dawud nos. 494-495).

Il doit savoir qu’il sera questionné le Jour de la Résurrection sur la responsabilité qu’il a prise. Donc, il doit préparer la bonne réponse, afin qu’il soit sauvé en ayant une réponse le Jour de la Résurrection et il récoltera la récompense de ses actions, si elles sont bonnes en biens et si elles sont mauvaises, en mal. Et il se peut qu’il soit mis à l’épreuve en cette vie en ayant des enfants qui le traitent mal, qui le gênent et qui ne lui donnent pas ses droits.

Quant à notre avis concernant ceux qui se disent musulmans, et qui pourtant jeûnent rarement le mois de Ramadhan ou se rappellent de prier, si ceux qui ne jeûnent pas le mois de Ramadhan croient que jeûner n’est pas obligatoire, et que ce n’est qu’une sorte d’entraînement physique, et qu’une personne peut choisir de jeûner ou pas, comme il veut, alors ce sont des mécréants, parce qu’ils ont rejeté un des actes d’adoration obligatoires de l’Islam, et il n’y a pas d’excuse pour eux au niveau de l’ignorance, car ils vivent dans un environnement islamique.

Cependant, s’ils ne jeûnent pas le mois de Ramadhan, et pourtant ils savent que c’est une obligation et qu’ils sont donc coupables de désobéissance, alors ce ne sont pas des mécréants, d’après l’opinion des savants qui fait le plus autorité.

Quant à la prière, s’ils ne prient pas, ce sont des mécréants, qu’ils reconnaissent sont caractère obligatoire ou non; et la preuve de leur mécréance est dans le Livre d’Allah et dans la Sunnah de Son Messager (salallahou ‘aleyhi wa salam); Quant au Livre d’Allah, c’est dans les paroles d’Allah, Le Très Haut, dans la sourate At-Tawbah: “ Mais s'ils se repentent, accomplissent la Salat et acquittent la Zakat, ils deviendront vos frères en religion. ” (At-Tawbah 9: 11).

Et ses paroles dans la sourate Maryam: “Puis leur succédèrent des générations qui délaissèrent la prière et suivirent leurs passions. Ils se trouveront en perdition, sauf celui qui se repent, croit et fait le bien: ceux-là entreront dans le Paradis et ne seront point lésés ” (Maryam 19 : ?).

Et la preuve dans le second verset de la sourate Maryam est dérivée du fait qu’Allah, Le Très Haut a dit, concernant ceux qui ont abandonné la prière, qu’ils ont suivi de vains désires: “Sauf ceux qui se repentent et croient.”

Cela prouve que quand ils ont abandonné la prière et suivi de vains désirs, ils n’étaient pas des musulmans. Et la preuve dans le premier verset de la sourate At-Tawbah est dérivée du fait qu’Allah a imposé trois conditions pour l’établissement de la fraternité entre nous et les polythéistes qui sont: qu’ils se repentent de leur Shirk, établissent la prière et paient la Zakah. Et s’ils se repentent de leur Shirk, mais ne font pas la prière et ne prient pas la Zakah, alors ils ne sont pas nos frères en religion. Et la fraternité en religion n’est invalidée que si le croyant abandonne complètement sa religion, et non pas par les péchés. Ne voyez-vous pas les paroles d’Allah concernant la justice en matière d’assassinat: “Mais celui à qui son frère aura pardonné en quelque façon doit faire face à une requête convenable et doit payer des dommages de bonne grâce. Ceci est un allégement de la part de votre Seigneur et une miséricorde. Donc, quiconque après cela transgresse, aura un châtiment douloureux. ” (Al-Baqarah 2: l78).

Allah a déclaré que celui qui assassine un frère est la victime, même si tuer quelqu’un intentionnellement est un des plus grand péchés d’après les paroles d’Allah: “Quiconque tue intentionnellement un croyant, Sa rétribution alors sera l'Enfer, pour y demeurer éternellement. Allah l'a frappé de Sa colère, l'a maudit et lui a préparé un énorme châtiment. ” (An-Nissa' 4: 93).

Ici il y a une preuve que la fraternité de foi n’est pas invalidée par un péché moindre que la mécréance.

D’après ceci, nous pouvons dire qu’abandonner la prière nécessite l’invalidation de la fraternité religieuse, comme dans le verset de la sourate At-Tawbah, et si l’abandon de la prière était moindre que de la mécréance (c'est-à-dire la mécréance d’action, qui s’oppose à la mécréance du coeur) ou un péché, la fraternité religieuse ne serait pas invalidée à cause de cela, tout comme elle n’est pas invalidée par l’assassinat d’un croyant. Et s’il était dit: "Considérez vous que celui qui abandonne le paiement de la Zakah est un mécréant, comme on le comprend du verset de la sourate At-Tawbah?" Nous dirions: "Certains savants disent que celui qui abandonne le paiement de la Zakah est un mécréant, et c’est l’une des deux opinions attribuées à l’Imam Ahmad, mais nous considérons que l’opinion qui fait le plus autorité est que ce n’est pas un mécréant, mais qu’il sera puni d’un terrible châtiment qu’Allah et Son Prophète (salallahou ‘aleyhi wa salam) ont mentionné dans le Livre et dans la Sunnah. Comme par exemple dans le Hadith de Abu Hurairah, qu’Allah soit satisfait de lui, dans lequel il a déclaré que le Prophète (salallahou ‘aleyhi wa salam) a mentionné le châtiment de celui qui refuse de payer la Zakah et à la fin il a dit : “Ensuite il voit son chemin soit vers le paradis ou vers le feu ” (Muslim no. 987)

Muslim a rapporté dans un long Hadith du chapitre « le péché de celui qui refuse de payer la Zakah » : " Et c’est la preuve qu’il n’est pas coupable de mécréance, car s’il était un mécréant, il n’aurait pas un chemin vers le Paradis, donc les termes du Hadith prennent le dessus sur la compréhension du verset de la sourate At-Tawbah, parce le sens évident des mots prend le dessus sur la compréhension d’un seul, comme il est bien connu dans Ussulul-Fiqh.

Quant à la preuve de la mécréance de celui qui abandonne la prière, c’est le Hadith du Prophète (salallahou ‘aleyhi wa salam) qui déclare: “Entre un homme et la mécréance ou le shirk il y a l’abandon de la prière ” (Muslim no. 82).

Cela a été rapporté par Muslim dans le livre de la foi, sous l’autorité de Jabir bin 'Abdullah et sous l’autorité de Buraidah bin Al-Hasib, qui a dit: j’ai entendu le Messager d’Allah (salallahou ‘aleyhi wa salam) dire: “Le contrat entre nous et eux c’est la prière, et celui qui l’abandonne, a mécru” (At-Tirmidhi no. 2621, An-Nassa'i no. 464 et Ahmad 5: 346, 355).

Ce que l’on veut dire par ‘a mécru’ ici c’est que cela fait sortir du sein de l’islam parce que le Prophète (salallahou ‘aleyhi wa salam) a déclaré que la prière est ce qui sépare les croyants des mécréants - et il est bien connu que la communauté de la mécréance n’est pas la communauté de l’islam; Donc, quiconque ne remplit pas le contrat c’est un mécréant. On rapporte dans Sahih Muslim, sous l’autorité de Umm Salamah, qu’Allah soit satisfait d’elle, que le Prophète (salallahou ‘aleyhi wa salam) a dit: “Il y aura des dirigeants que vous connaîtrez et critiquerez, et celui qui les connaît sera innocent d’eux, et quiconque les critique sera sauvé. Mais quiconque les accepte et les suit...»

Il ont dit: "Les combattront nous?" Il (salallahou ‘aleyhi wa salam) a répondu: “Non, tant qu’ils prient ” (Muslim no. 1854).

_________________




'Umar Ibn AbdelAziz dit:" Quiconque oeuvre sans science, ce qu'il corrompt est supérieur à ce qu'il réforme" (Jami' Bayan al 'ilm... 27/1)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://annisa.superforum.fr
Aliya Oum Taymiya
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 7452
Age : 33
Localisation : Sur la Terre d'Allah ta'ala
Date d'inscription : 24/06/2006

MessageSujet: Re: Prieres en commun   Lun 25 Déc 2006 - 2:55

Il y a aussi le Hadith de 'Awf bin Malik dans lequel il a dit que le Prophète (salallahou ‘aleyhi wa salam) a dit: “Les meilleurs de vos dirigeants sont ceux que vous aimez et qui vous aiment, qui prient pour vous et pour lesquels vous priez. Et les pires de vos dirigeants sont ceux que vous détestez et que vous maudissez et qui vous maudissent.”

Ils ont dit: "O Messager d’Allah! Nous opposerons-nous à eux par l’épée?" Il a dit: «Non, tant qu’ils font la prière parmi vous” (Muslim no. 1855).


Dans ces deux Hadiths, il y a une preuve que l’on doit s’opposer aux dirigeants et les combattre par l’épée s’ils ne font pas la prière, et il n’est pas permis de s’opposer aux dirigeants ni de les combattre à moins qu’ils se rendent coupable de mécréance ouverte pour laquelle nous avons des preuves d’Allah, Le Très Haut, selon le Hadith de 'Ubadah bin As Samit qui a dit: "Le Messager d’Allah (salallahou ‘aleyhi wa salam) nous a appelé à Allah et nous lui avons fait le serment d’allégeance, y compris un serment d’écouter et d’obéir, en période de travail ou de paresse, en période de difficulté ou de facilité, même s’il ne nous donne pas tous nos droits, et que nous ne nous opposions pas aux ordres qu’il nous donne. Et il a dit: “A moins que vous ne voyiez une mécréance ouverte pour laquelle il y a des preuves venant d’Allah” (Al-Bukhari nos. 7056 et 7076).

D’après ceci, leur rejet de la prière – dont le Prophète (salallahou ‘aleyhi wa salam) a fait une justification pour s’opposer à eux et les combattre par l’épée – est une mécréance ouverte, pour laquelle il y a une preuve d’Allah.

On n’a pas rapporté dans le livre d’Allah ni dans la Sunnah que celui qui abandonne la prière n’est pas un mécréant, ni qu’il est un croyant, ou qu’il entrera au Paradis, ou qu’il n’entrera pas en enfer, etc. Et l’intention de ce qui a été rapporté en la matière sont ces textes qui prouvent le mérite du Tawhid, l’attestation que nul n’est digne d’adoration sauf Allah et que Muhammad est le Messager d’Allah, et la récompense de cela; et les narrations sont soient liées à une description qui inclut l’abandon de la prière ou ont été rapportées dans des circonstances particulières dans lesquelles une personne a été excusée pour avoir abandonné la prière, ou elles sont générales et liées à des preuves qui prouvent la mécréance de celui qui abandonne la prière, parce que les preuves de la mécréance de celui qui abandonne la prière sont spécifiques et le spécifique prend le dessus sur le général, comme il est bien connu dans Ussulul-Fiqh et Mustalahul-Hadith.

Si quelqu’un dit: "Il n’est pas permis de restreindre ces narrations qui prouvent la mécréance de celui qui abandonne la prière à celui qui rejette l’obligation de la prière?" Nous disons: Cela n’est pas permis, car il y a deux difficultés en cela: la première est la négation de la description que le législateur (Allah) a lié au jugement légal, parce que le Législateur a lié le jugement légal à la mécréance de celui qui abandonne la prière, sans prendre en compte le fait qu’il renie ou pas son obligation. Et Il a lié la fraternité en religion à l’établissement de la prière, sans la reconnaissance que c’est obligatoire, et Allah, Le Très Haut n’a pas dit: "Mais s’ils se repentent et reconnaissent l’obligation de la prière," et le Prophète (salallahou ‘aleyhi wa salam) n’a pas dit: "Entre un homme le Shirk et le Kufr il y a le rejet de l’obligation de la prière, donc quiconque rejette son obligation a commis un acte de mécréance." Et si cela avait été ce qu’Allah, Le Très Haut et Son Messager (salallahou ‘aleyhi wa salam) avait l’intention de dire, alors comprendre comme voulant dire y renoncer aurait été en conflit avec les preuves du Qur'an.
Allah, Le Très Haut dit : “ Et Nous avons fait descendre sur toi le Livre, comme un exposé explicite de toute chose ” (An-Nahl 16: 89).

Et Allah, Le Très Haut a dit, en s’adressant à Son Prophète (salallahou ‘aleyhi wa salam): “ (Nous les avons envoyés) avec des preuves évidentes et des livres saints. Et vers toi, Nous avons fait descendre le Coran, pour que tu exposes clairement aux gens ce qu'on a fait descendre pour eux et afin qu'ils réfléchissent” (An-Nahl 16: 44).

La deuxième difficulté c’est de donner une description à laquelle le Législateur n’a pas donné de place dans les jugements légaux. Car le rejet de l’obligation des cinq prières nécessite une règle de mécréance sur celui qui n’est pas excusé par l’ignorance en la matière, qu’il prie ou pas. Et si une prie les cinq prières, remplissant toutes les conditions, ses piliers, ses obligations et ses actes préférables, mais qu’il renie son caractère obligatoire sans excuse, il sera un mécréant, bien qu’il ne l’ait pas abandonnée. Donc il est clair à partir de là que confiner ces narrations à ceux qui abandonnent la prière parce qu’ils rejettent son caractère obligatoire n’est pas correct, et la vérité c’est que celui qui abandonne la prière est un mécréant, dont la mécréance le fait sortir de l’islam, comme cela est parfaitement clair dans le Hadith rapporté par Ibn Abi Hatim dans ses Sunan, sous l’autorité de 'Ubadah bin As-Samit, dans lequel il a dit: "Le Messager d’Allah (salallahou ‘aleyhi wa salam) nous a conseillés: “N’associez aucun partenaire à Allah et n’abandonnez pas délibérément la prière, parce que quiconque abandonne délibérément la prière, a quitté le sein de l’islam ” (voir Majma'uz-Zawa'id no. 714, une partie a été rapportée par Ibn Majah).

Aussi, si nous confinons l’abandon de la prière à cause du rejet de son obligation, il ne servirait à rien qu’il y ait une référence spéciale à la prière dans les narrations, parce que cette règle est générale pour la prière, la Zakah et le Hajj, dont l’obligation dans la religion est connue. Donc quiconque abandonne une seule prière, en niant son obligation, il sera un mécréant, à moins qu’il ait l’excuse de l’ignorance.

Juste comme la mécréance de celui qui abandonne la prière se conforme avec les preuves du Qur'an et de la Sunnah, cela se conforme avec les preuves de la logique: Comment une personne peut-elle avoir la foi, quand elle abandonne la prière qui est un pilier de la religion et dont l’encouragement à l’accomplir a été rapporté d’une manière qui nécessite l’acceptation de tout croyant logique qu’il doit l’accomplir et s’y hâter? Et la menace de châtiment pour celui qui l’abandonne a été rapportée d’une manière qui nécessite l’acceptation de tout croyant logique qu’il doit se garder de l’abandonner ou de la perdre. Et l’abandonner signifie donc que celui qui l’abandonne n’a pas de foi.

Quant aux dires des compagnons, la majorité d’entre eux, en fait, a plus d’une fois rapporté que tous considéraient celui qui l’abandonne comme un mécréant:
'Abdullah bin Shaqiq a dit: "Les compagnons du Prophète (salallahou ‘aleyhi wa salam) ne considéraient l’abandon de rien comme étant de la mécréance sauf la prière " [At-Tirmidhi no.2622]. Et l’Imam Ishaq bin Rahwayh, le célèbre savant a dit : "Il a été authentiquement rapporté du Prophète (salallahou ‘aleyhi wa salam) que celui qui abandonne la prière est un mécréant." De même, l’opinion des gens de science de l’époque du Prophète (salallahou ‘aleyhi wa salam) jusqu’à nos jours a toujours été que celui qui abandonne délibérément la prière, jusqu’à ce que son heure ait passée, sans avoir d’excuse légale, est un mécréant.

Ibn Hazm a mentionné qu’il a été rapporté de 'Umar, 'Abdur-Rahman bin 'Awf, Mu'ath bin Jabal, Abu Hurairah et d’autres compagnons, et il a dit: "Et nous ne connaissons pas de compagnons qui les ait contredit." Cela a été rapporté de lui par Al-Munthiri dans At-Targhib wat-Tarhib, qui a ajouté à la liste les compagnons suivants: 'Abdullah bin Mas'ud, 'Abdullah bin 'Abbas et Abu Ad-Darda'. Et il a dit: "Et parmi les autres compagnons il y a : Ahmad bin Hanbal, Ishaq bin Rahwayh, 'Abdullah bin Al-Mubarak, An-Nakha'i, Al-Hakam bin 'Utaibah, Ayyub As-Sakhtiyani, Abu Dawud At-Tayalisi, Abu Bakr bin Abi Shaybah, Zuhair bin Harb et d’autres."

Je dis: C’est ce qui est bien connu du Madhhab de l’Imam Ahmad bin Hanbal, et c’est une des deux opinions attribuées à Ash-Shafi'i, comme mentionné par Ibn Kathir dans son Tafsir des paroles d’Allah, Le Très Haut: “ Puis leur succédèrent des générations qui délaissèrent la prière et suivirent leurs passions. Ils se trouveront en perdition, ” (Maryam 19: 59).

Ibn Al-Qayyim a mentionné dans son livre As-Salah que c’est une des opinions soutenues par le Madhhab Shafi'i et que At-Tahawi l’a rapporté de Ash-Shafi'i lui même.

Si on demande: Quelle est la réponse aux preuves de ceux qui ne considèrent pas ceux qui abandonnent la prière comme des mécréants? – Nous disons: La réponse à cela c’est que les preuves de ces gens ne sont pas des preuves en premier lieu, ou elles sont limitées à une description qui n’inclut pas l’abandon de la prière, ou elles sont limitées à des situations dans lesquelles il est permis d’abandonner la prière, ou elles sont générales, rendues particulières par els preuves de la mécréance de celui qui abandonne la prière. Les preuves utilisées par ceux qui ne considèrent pas comme mécréants ceux qui abandonnent la prière, ne sortes pas de ces quatre catégories.

Cette question est la question la plus importante et il incombe à toute personne de craindre Allah,
Le Très Haut et de garder précautionneusement ses prières, afin de faire partie de ceux dont Allah a dit: “ Bienheureux sont certes les croyants, ceux qui sont humbles dans leur Salat, qui se détournent des futilités, qui s'acquittent de la Zakat, et qui préservent leurs sexes [de tout rapport], si ce n'est qu'avec leurs épouses ou les esclaves qu'ils possèdent, car là vraiment, on ne peut les blâmer; ” (Al-Mu'minun 23: 1-6).

Ibn 'Uthaimin

source ; islamvie

_________________




'Umar Ibn AbdelAziz dit:" Quiconque oeuvre sans science, ce qu'il corrompt est supérieur à ce qu'il réforme" (Jami' Bayan al 'ilm... 27/1)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://annisa.superforum.fr
Aliya Oum Taymiya
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 7452
Age : 33
Localisation : Sur la Terre d'Allah ta'ala
Date d'inscription : 24/06/2006

MessageSujet: Re: Prieres en commun   Lun 25 Déc 2006 - 15:55

Quiconque ne prie pas est un mécréant

Question: Mon problème peut se résume comme suit: Mon mari est alcoolique et ne prie pas, ni ne jeûne le mois de Ramadhan, et il est au chômage depuis un an. J’ai deux garçons de lui, dont aucun n’a encore atteint l’âge adulte. Maintenant chez ma famille et mon mari essaye par tous les moyens de me persuader de retourner chez lui et je suis indécise à cause des enfants – Dois-je retourner avec lui? Ou, dois-je demander le divorce, parce que j’ai entendu qu’il n’est pas possible de vivre avec quelqu’un qui ne prie pas et boit de l’alcool? Alors que dois-je faire? S’il vous plaît conseillez-moi, et qu’Allah vous récompense.

Réponse: Un mari qui ne prie pas est un mécréant, d’après les paroles du Prophète (salallahou ‘aleyhi wa salam): “Le contrat entre nous et eux c’est la prière, et quiconque l’abandonne, a mécru ” (At-Tirmidhi no. 2621, An-Nassa'i no. 464 et Ahmad 5: 346, 355).

Et ses (salallahou ‘aleyhi wa salam) paroles: “Entre un homme et la mécréance et le Shirk il y a l’abandon de la prière” (Muslim no. 82).

Qu’il renie ou pas son caractère obligatoire. S’il renie son caractère obligatoire, il est un mécréant d’après le consensus des savants. Et s’il l’abandonne par négligence et paresse, mais ne renie pas qu’elle est obligatoire, il est aussi un mécréant d’après l’opinion des savants qui fait le plus autorité, d’après les deux Hadiths ci-dessus et d’autres rapportés et qui portent le même sens.

Il ne vous est pas permis de retourner avec votre mari, à moins qu’il ne se tourne vers Allah, Le Très Haut, en repentir et garde strictement ses prières. Qu’Allah le guide et lui accorde un repentir sincère. Et Allah est celui qui accorde le succès.

Ibn Baz


J’ai dit à mon frère: "Tu es un mécréant!" parce qu’il ne prie pas

Question: Je me suis disputé avec mon frère et en colère je lui ai dit: "Vas-t-en, mécréant!" parce qu’il ne prie pas, sauf à l’occasion de visite à la famille. Quelle est la règle à ce sujet?

Réponse: Il a été rapporté authentiquement du Prophète (salallahou ‘aleyhi wa salam) qu’il a dit: “Entre un homme et la mécréance et le Shirk il y a l’abandon de la prière ” (Muslim no. 82).

L’Imam Ahmad et les compilateurs des Sunan ont rapporté avec une bonne chaîne de transmission, sous l’autorité de Jabir, que le Prophète (salallahou ‘aleyhi wa salam) a dit: “Le contrat entre nous et eux c’est la prière, et quiconque l’abandonne, a mécru ” (At-Tirmithi no. 2621, An-Nassa'i no. 464 et Ahmad 5: 346, 355).

Les Hadiths portant le même sens sont nombreux. Cependant, il vous incombe dans de telles circonstances de ne pas l’assaillir de telles paroles, mais de le conseiller avant tout et de l’informer qu’abandonner la prière est un acte de mécréance et d’égarement et qu’il lui incombe de retourner à Allah, le Très Haut, en repentir et dans l’espoir qu’il puisse bénéficier et accepter vos conseils.

Ibn Baz

Règle sur le fait de vivre avec quelqu’un qui ne prie pas

Question: Nous avons de nombreux collègues qui ne prient pas, ou qui prient quand ils sont en famille. Mais quand ils rencontrent la vie américaine, ils abandonnent la prière et le jeûne et oublient leur religion. Moi et des collègues nous leur avons conseillé et nous les avons appelés à la prière, mais ils n’ont pas répondu. Sommes nous dégagés de toute responsabilité, alors qu nous vivons sous le même toit?

Réponse: Si la situation est telle que vous la décrivez, alors vous vous êtes déchargés de toute responsabilité et le fait que vous viviez avec eux par nécessité ne vous nuit pas. Mais vous devez continuer de les conseiller et de les appeler à leur religion, avec sagesse et bon conseil, en parlant avec eux avec les meilleurs arguments, pour qu’Allah les guide ainsi que vous et vous obteniez une grande récompense, si Allah le veut. Qu’Allah vous garde ferme et vous aide et bénisse votre patience et vous récompense. En vérité, Il entend tout et Il répond aux prières; Et qu’Il guide le reste de vos collègues vers le chemin droit.

Le comité permanent


Règle sur le fait de s’asseoir avec ceux qui ont abandonné la prière

Question: Est-il permis de s’asseoir avec celui qui ne prie pas?

Réponse: Quiconque abandonne délibérément la prière, en démentant son caractère obligatoire, est un mécréant selon le consensus d’opinion des savants. Et s’il l’abandonne par négligence et paresse, il est aussi un mécréant, d’après l’opinion des savants qui fait le pus autorité. D’après cela, il n’est pas permis de s’asseoir avec eux; plutôt, il vous incombe de les éviter et de rompre les relations avec eux, après leur avoir expliqué qu’abandonner la prière est un acte de mécréance, s’il ne le savent pas. Et il a été authentiquement rapporté du Prophète (salallahou ‘aleyhi wa salam) qu’il a dit: “Le contrat entre nous et eux c’est la prière, quiconque l’abandonne, a mécru ” (At-Tirmithi no. 2621, An-Nassa'i no. 464 et Ahmad: 346, 355).

Ce Hadith concerne celui qui rejette son caractère obligatoire et celui qui l’abandonne par paresse. Et Par Allah on atteint le succès. Et que la paix et les bénédictions soient sur notre Prophète, Muhammad et sur sa famille.

Le comité permanent

Celui qui ne prie pas parfois est-il considéré comme un mécréant? Et sa femme musulmane lui est-elle permise? La Zakah peut elle lui être payée?

Question: Un homme prie deux ou trois prières obligatoires puis arrête de prier pendant quatre ou cinq jours; telle est sa situation. Il n’a aucune excuse légale, à part sa négligence, sa paresse et son inattention. Est-il considéré comme un mécréant? Est-il permis à sa femme de rester avec lui. Et peut-on payer la zakat et celui qui a abandonné la prière?

Réponse: Quiconque abandonne la prière complètement ou pour quelques jours, par négligence ou par paresse, ou par manque d’attention pour elle, c’est un mécréant, dont la mécréance le fait sortir du sein de l’islam, nous cherchons refuge en Allah contre cela. Il doit être appelé au repentir; et s’il se repent et accomplit les cinq prières à leur heure prescrite, louanges à Allah. Mais s’il ne le fait pas, il doit être tué pour son refus. Et si c’est un mécréant parce qu’il a abandonné la prière, alors sa femme ne lui est plus permise. En fait, son rejet est considéré comme un divorce, ou une négation de son contrat. Et s’il se repent pendant son 'Iddah, elle peut retourner à lui sans nouveau contrat. Et on ne doit pas lui payer de Zakah, parce qu’il n’y a aucun droit.

Le comité permanent


Règle sur le fait d’offrir les salutations de paix à celui qui a abandonné la prière

Question: Est-il permis de montrer du respect aux dirigeants injuste, et est-il permis de leur offrir les salutations de paix?

Réponse: Il est permis de montrer du respect aux dirigeants injustes qui ne sortent pas du sein de l’islam. Celui qui a abandonné la prière, en rejetant son caractère obligatoire, est un mécréant d’après le consensus d’opinion des savants, et celui qui abandonne la prière par paresse, sans rejeter son caractère obligatoire, c’est aussi un mécréant d’après l’opinion des savants qui fait le plus autorité, donc il n’est pas permis de leur offrir les salutations de paix, ni de répondre à leurs salutations, s’il vous les offre, parce qu’il est considéré comme un apostat de l’islam. Et par Allah on atteint le succès. Et que la paix et les salutations soient sur notre Prophète Muhammad, sur sa famille et ses compagnons.

Le comité permanent


Ne pas faire certaines des prières, parce qu’on a perdu l’esprit

Question: Un homme est mort alors qu’il devait des prières obligatoires qu’ils n’a pas faites alors qu’il était malade et n’avait pas toute sa tête; Est-ce obligatoire pour ses parents vivants, hommes ou femmes, de rattraper ces prières, ou bien le décédé ne sera pas tenu responsable pour cela du fait qu’il n’avait plus toute sa tête, et est-il obligatoire pour ses héritiers de rattraper ses prières obligatoires?

Réponse: Si quelqu’un ne fait pas les prières obligatoires parce qu’il n’a plus toute sa tête et qu’il n’a pas de maladie physique, il ne commet pas de péché car il ne sera pas tenu responsable du fait qu’il n’a pas tout son esprit. Il n’y a pas ne nécessité pour ses héritiers de les rattraper pour lui. Et s’il a abandonné la prière alors qu’il avait encore sa raison, que son corps était ou non affecté d’une maladie alors c’est un pécheur car il a abandonné la prière, et son affaire sera jugée par Son seigneur et il n’est pas besoin de rattraper sa prière.

Le comité permanent

source : islamvie

_________________




'Umar Ibn AbdelAziz dit:" Quiconque oeuvre sans science, ce qu'il corrompt est supérieur à ce qu'il réforme" (Jami' Bayan al 'ilm... 27/1)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://annisa.superforum.fr
Aliya Oum Taymiya
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 7452
Age : 33
Localisation : Sur la Terre d'Allah ta'ala
Date d'inscription : 24/06/2006

MessageSujet: Re: Prieres en commun   Lun 25 Déc 2006 - 16:31

J’ai manqué une prière il y a quatre ans

Question: Il y a quatre ans nous étions en voyage de plaisance et j‘ai manqué une prière (soit le Zuhr soit le 'Asr – je ne m’en souviens plus). Sachant que je l’ai manqué par négligence et paresse, et que je regrette maintenant le péché que j’ai commis, et je demande à Allah pardon pour tous mes péchés et mes erreurs, que dois-je faire, et dois-je une expiation?

Réponse: Vous devez revenir à Allah en sincère repentir et vous n’avez pas à la rattraper parce que vous avez délibérément abandonnée la prière obligatoire et que c’est acte de mécréance d’après les paroles du Prophète (salallahou ‘aleyhi wa salam): “Le contrat entre nous et eux est la prière, et quiconque l’abandonne a mécru ” (At-Tirmidhi no .2621, An-Nassa'i no. 464 et Ahmad 5: 346, 355).

Et ses paroles: “Entre un homme et la mécréance et le Shirk il y a l’abandon de la prière” (Muslim no: 82).

Et il n’y a pas d’expiation pour cela mis à part le repentir sincère.

Le comité permanent.


Celui qui abandonne la prière doit être conseillé

Question: Dans le passé je suis resté à l’hôpital et deux personnes sont entrées dans la chambre dans laquelle j’étais et nous sommes restés trois jours. A cette époque je priais, mais ils ne priaient bien qu’ils étaient des musulmans de mon pays, et je ne leur ai rien dit. Suis-je coupable de na pas leur avoir dis de prier, et si tel est le cas quelle est mon expiation? Qu’Allah vous récompense par le bien.

Réponse: C’était une obligation pour vous de les conseiller et de les sermonner pour le grand péché qu’ils commettaient, c'est-à-dire d’avoir abandonné la prière, d’après les paroles d’Allah, Le Glorifié: “Que soit issue de vous une communauté qui appelle au bien, ordonne le convenable, et interdit le blâmable. Car ce seront eux qui réussiront. ” (Aal ‘Imran 3: l04).

Et d’autres versets portant la même signification, et d’après les paroles du Prophète (salallahou ‘aleyhi wa salam): “Si l’un de vous quelque chose de détestable, il doit le changer de sa main; et s’il ne peut pas le faire, alors par la parole, et s’il ne peut pas le faire, alors dans son coeur- et c’est le plus faible de la foi ” (Muslim no. 49).

Puisque vous ne l’avez pas fait, il vous incombe de vous repentir sincèrement de cet acte de désobéissance et donc vous devez regretter ce que vous avez fait, ne plus le refaire et avoir l’intention sincère ne plus le refaire, en étant sincère envers Allah et en le glorifiant avec l’espoir de sa récompense de la crainte de Son châtiment. Et quiconque se tourne vers Allah en repentir, Allah se tourne vers lui en pardon, d’après Ses paroles: “Et Je suis Grand Pardonneur à celui qui se repent, croit, fait bonne oeuvre, puis se met sur le bon chemin›. ” (Ta-Ha 20: 82).

Ibn Baz


Il abandonné la prière pendant qu’il était à l’université

Question: Un jeune homme sain et musulman priait avant d’entrer à l’université, puis il a abandonné la prière pendant cette époque – c’est à dire quatre ans – puis il s’est repenti et est retourné à la prière après avoir été diplômé de l’université. Quelle est la règle concernant les quatre années pendant lesquelles il a abandonné la prière, sachant qu’il ne démentait son caractère obligatoire? Doit-il rattraper les prières qu’il a manqué ou le repentir suffit-il?

Réponse: L’opinion correcte des savants – comme nous le savons – est que celui qui abandonne la prière délibérément, n’a pas à rattraper ce qu’il a manqué, d’après les paroles d’Allah, le Très Haut: “car la Salat demeure, pour les croyants, une prescription, à des temps déterminés” (An-Nissa' 4: 103).

Allah, Glorifié a dit que la prière obligatoire est due à des heures fixes et ces heures ont été clarifiées au Prophète (salallahou ‘aleyhi wa salam) par Jibril, sur lui la paix, pendant la nuit de Al-Mi'raj [Al-Mi'raj: L’ascension du Prophète aux sept cieux] et le Prophète (salallahou ‘aleyhi wa salam) a établi leur heure pour sa communauté, par l’acte et la parole. Donc, il n’est pas permis d’avancer la prière avant son heure, ni de la retarder, et elle n’est pas correcte si faite dans ces conditions. Et parce que l’opinion correcte des savants, à notre avis, est que celui qui abandonne la prière est un mécréant, puis s’il se repent, il n’y a pas besoin de rattraper les actes d’adoration manqués pendant les jours de mécréance. Et s’il est sincère dans son repentir, alors il lui est préférable de faire du bien et de faire de nombreux actes pieux et prières surérogatoires. Ceci est soutenu par ce que l’on comprend des paroles du Prophète (salallahou ‘aleyhi wa salam): “Quiconque a dormi pendant l’heure de la prière ou l’a oubliée, il doit la rattraper dès qu’il s’en souvient, et il n’y a pas d’expiation autre que ceci ” (Al-Bukhari no. 597 et Muslim no. 684).

Ce que l’on comprend de cela est que celui qui abandonne intentionnellement la prière ne tombe pas dans ces catégories, donc il n’est pas correct de le comparer celui qui délaisse intentionnellement la prière avec le dormeur ou celui qui l’oublie, parce que celui qui la délaisse intentionnellement n’est pas excusé et Allah n’a pas fait pour lui un autre moment pendant lequel il peut rattraper celles qu’il a loupé, alors que le dormeur et celui qui oublie sont excusés, et Allah a fait pour eux un moment où il peut les rattraper.

Et par Allah on atteint le succès. Et paix et bénédictions sur le Prophète Muhammad, sur sa famille et ses compagnons.

Le comité permanent


source ; islamvie.com

_________________




'Umar Ibn AbdelAziz dit:" Quiconque oeuvre sans science, ce qu'il corrompt est supérieur à ce qu'il réforme" (Jami' Bayan al 'ilm... 27/1)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://annisa.superforum.fr
Aliya Oum Taymiya
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 7452
Age : 33
Localisation : Sur la Terre d'Allah ta'ala
Date d'inscription : 24/06/2006

MessageSujet: Re: Prieres en commun   Lun 25 Déc 2006 - 17:37

Le jeûne de celui qui ne prie pas

Question: J’ai remarqué que certains jeunes musulmans jeûnent mais ne prient pas. Le jeûne de celui qui ne prie pas est-il accepté? J’ai entend un prêcheur religieux dire à ces jeunes hommes: "Rompez votre jeûne, parce que celui qui ne prie pas, il n’y a pas de jeûne pour lui." S’il vous plaît expliquez-moi, est-ce pareil que ces gens jeûnent ou pas? Et avons-nous le droit de leur dire: "Rompez votre jeûne, si vous ne priez pas"?

Réponse: Celui qui doit prier, mais l’abandonne délibérément, reniant son caractère obligatoire est coupable de mécréance d’après le consensus des savants, et quiconque l’abandonne par négligence et paresse est aussi un mécréant, d’après l’opinion la plus correcte des savants. Donc quand quelqu’un est considéré comme mécréant, son jeûne et ses autres d’actes d’adoration sont vains, d’après les paroles d’Allah, Le Très Haut: “Telle est la direction par laquelle Allah guide qui Il veut parmi Ses serviteurs. Mais s'ils avaient donné à Allah des associés, alors, tout ce qu'ils auraient fait eût certainement été vain. ” (Al-An'am 6: 88).

Mais on ne doit pas lui ordonner d’abandonner son jeûne parce que son jeûne ne fera que le pousser vers le bien et le rapprocher de la religion; et mettra la crainte dans le cœur, et ainsi on espère qui reviendra à la prière et se repentir de l’avoir abandonnée.

Et Par Allah on atteint le succès. Paix et bénédictions sur notre Prophète Muhammad, sur sa famille et ses compagnons.

Le comité permanent


Sur le fait de rechercher la compagnie de ceux qui ne prient pas et se moquent de la religion

Question: 1. Est-il permis à un musulman de rester en compagnie d’un autre homme qui ne prie pas la plus part du temps?

Réponse 1. Il n’est as permis à un musulmans de rester en compagnie d’une personne comme ça, qui abandonne parfois la prière; au contraire il lui incombe de le conseiller et de le réprimander pour son acte. S’il se repent (tant mieux), sinon, il doit être évité et on ne doit pas le prendre comme compagnon, et dont le haïr au nom d’Allah, jusqu’à ce qu’il se repente de sa mauvaise action, parce que abandonner la prière est un acte de grande mécréance, d’après les paroles du Prophète (salallahou ‘aleyhi wa salam): .

Muslim a rapporté dans son Sahih, sous l’autorité de Jabir, que le Prophète (salallahou ‘aleyhi wa salam) a dit: “Entre un homme et la mécréance et le shirk il y a l’abandon de la prière ” (Muslim no. 82).

Donc, il incombe à tout musulman d’aimer au nom d’Allah, de détester au nom d’Allah, d’offrir son amitié au nom d’Allah et de montrer de l’inimitié au nom d’Allah, d’après les paroles d’Allah, le Glorifié: "Certes, vous avez eu un bel exemple [à suivre] en Abraham et en ceux qui étaient avec lui, quand ils dirent à leur peuple: ‹Nous vous désavouons, vous et ce que vous adorez en dehors d'Allah. Nous vous renions. Entre vous et nous, l'inimitié et la haine sont à jamais déclarées jusqu'à ce que vous croyiez en Allah, seul›. ” (Al-Mumtahanah 60: 4).

Le cas d’une telle personne doit être porté devant les autorités, si il vit dans un pays où la loi islamique est appliquée, afin qu’on l’appelle à se repentir. S’il se repent (tant mieux), sinon, on doit le tuer, parce que le châtiment de celui qui abandonne al prière et ne s’en repent pas est la mort, comme Allah dit: “ Si ensuite ils se repentent, accomplissent la Salat et acquittent la Zakat, alors laissez-leur la voie libre, car Allah est Pardonneur et Miséricordieux. ” (At-Tawbah 9: 5).

Ce verset prouve que celui qui abandonne la prière et ne s’en repent pas ne doit pas être libéré, au contraire il doit être tué. Et l’opinion correcte est qu’il est tué en mécréant, d’après les deux hadiths précédents et d’autres et les paroles du Prophète (salallahou ‘aleyhi wa salam): “En vérité, on m’a interdit de tuer ceux qui prient ” (Abu Dawud no. 4928). Cela prouve que celui qui ne prie pas, il n’est pas interdit de le tuer; en fait, il doit être tué, s’il ne se repent pas, car cela découragera les gens de commettre ce grand péché. Nous demandons à Allah d’améliorer la situation des musulmans et de nous rendre fermes dans notre religion. En vérité Il entend tout, et Il est proche de toute chose.

Succomber au sommeil à l’heure de la prière du Fajr

Question: Allah, Le Très Haut dit : “ O les croyants! N'approchez pas de la Salat alors que vous êtes ivres, jusqu'à ce que vous compreniez ce que vous dites ” (An-Nissa' 4: 43).

Ce verset inclut-il la situation des frères qui viennent au Fajr alors qu’ils sont somnolents? Et quel conseil donnez-vous à ces frères?


Réponse: Je conseille aux frères qui viennent à la prière du Fajr en étant somnolents d’aller se coucher tôt le soir, car s’ils se couchent de bonne heure, ils seront soulagés de cette somnolence, qui fait qu’ils ne savent pas ce qu’ils disent dans leur prière. C’est la solution du problème.

Ibn 'Uthaimin


Règle sur celui qui s’en va prier en laissant ses fils à la maison

Question: De nombreux musulmans vivant près des mosquées – qu’Allah les guide – s’en vont prier et laissent leurs grands fils – certains mariés – en arrière, et ils ne leur ordonnent pas de prier, craignant de les ennuyer ou de les faire partir – comme disent certains d’entre eux – en particulier pour la prière de Fajr. Qu’incombe-t-il au parent qui fait cela, sa prière est-elle correcte et cela l’absout-il de toute responsabilité et ses fils qu’il laisse en arrière et qui ne participent pas à la prière en congrégation?

Réponse: Nous disons que cet homme qui vient à la prière, en laissant sa famille, si c’est par négligence en ne leur ordonnant pas de prier et en ne leur interdisant pas de l’abandonner, alors il commet une erreur en ne les élevant pas correctement et en ne les éduquant pas. Mais sa prière est correcte et il n’y a pas de péché en cela. Et s’il en est incapable, en leur ordonnant et leur interdisant alors qu’ils ne lui obéissent pas, alors il lui incombe de le dire aux autorités, afin qu’il ne soit pas tenu responsable devant Allah; Et les autorités doivent prendre les décisions nécessaires si elles sont informées de cela.

Ibn 'Uthaimin


Règle sur celui qui abandonne la prière, sur celui qui prie chez lui et retarde la prière de son heure fixe

Question: Quelle est la règle sur l’abandon de la prière? Et quelle est la règle sur la négligence de la prière en congrégation avec les musulmans et sur le fait de prier à la maison? Et quelle est la règle sur celui qui retarde la prière de son heure fixe?

Réponse: Il y a trois questions; En ce qui concerne la première question, l’abandon de la prière est une mécréance qui fait sortir de l’islam. Donc celui qui ne prie pas est un mécréant, sorti de l’islam, et s’il est marié, son mariage avec elle est annulé. Tout animal qu’il égorge n’est pas permis à la consommation et son jeûne n’est pas accepté, ni ses actes de charité, et il ne lui est pas permis d’aller à la Mecque et d’entrer dans le Haram (Haram : Le territoire sacré). S’il meurt, il n’est pas permis de le laver, de l’envelopper dans un linceul ni de l’enterrer avec les musulmans. Au contraire, il faut l’emmener dans le désert, creuser un trou et l’y enterrer. Si quelqu’un a un parent qui meurt et qu’il sait qu’il ne priait pas, il ne doit pas tromper les gens en leur apportant le décédé et en leur demandant de prier sur lui, parce que prier sur un mécréant est interdit d’après les paroles d’Allah, Le Très Haut: “ Et ne fais jamais la Salat sur l'un d'entre eux qui meurt, et ne te tiens pas debout auprès de sa tombe, parce qu'ils n'ont pas cru en Allah et en Son messager, et ils sont morts tout en étant pervers.” (At-Tawbah 9: 84).

Et parce que Allah dit: “ Il n'appartient pas au Prophète et aux croyants d'implorer le pardon en faveur des associateurs, fussent-ils des parents alors qu'il leur est apparu clairement que ce sont les gens de l'Enfer. ” (At-Tawbah 9: 113).

Quant à celui qui ne prie pas en congrégation, et qui à la place prie chez lui, c’est un Fasiq, [Fasiq : Un pécheur, un corrompu] pas un mécréant; Mais s’il continue d’agir ainsi, il appartient à la catégorie des pécheurs et on lui retire la caractéristique d’être juste.

Concernant celui qui retarde la prière jusque après son heure fixée, il est pire pécheur que celui qui ne prie pas en congrégation, parce qu’il la retarde, en plus de ne pas prier en congrégation, bien qu’il soit moins pécheur que celui qui l’abandonne complètement. La prière est ce qu’il y a de plus important, et il incombe au croyant de la préserver parce que c’est un pilier de l’islam, comme l’a dit le Prophète (salallahou 'aleyhi wa salam). Et quiconque n’a pas de pilier à sa maison, sa maison ne durera pas éternellement, donc les musulmans doivent se conseiller les uns les autres de l’accomplir et de la garder strictement.

Ibn 'Uthaimin


Il accomplit les prières obligatoires chez lui par timidité

Question: Je prie chez moi pour les raisons suivantes: Je suis affligé d’une timidité extrême, bien que je fasse de nombreuses prières surérogatoires et que je fais beaucoup d’invocations et de glorifications d’Allah aussi. Ma prière chez moi n’est-elle pas acceptée?

Réponse: Il vous incombe de prier à la mosquée avec la congrégation. La timidité qui vous fait abandonner cette obligation légale est considérée comme de la lâcheté, et il n’est pas permis d’abandonner une obligation par timidité. Une telle personne doit se forcer à prier en congrégation, et s’il est timide un jour, il ne le sera pas un autre jour. Cependant, si vous ne pouvez pas du tout sortir pour aller à la mosquée et que donc vous priez chez vous, il n’y a pas de péché sur vous, car cela est considéré comme une excuse valable, parce qu’Allah dit: “ Craignez Allah, donc autant que vous pouvez ” (At-Taghabun 64: 16).

Et le Prophète (salallahou 'aleyhi wa salam) a dit: “Si je vous ordonne quelque chose, faites le autant que vous le pouvez ” (Muslim no. 1337 et Ahmad 2: 2 et 508).

Ibn 'Uthaimin


Faites la prière en congrégation, même si c’est derrière quelqu’un que vous n’aimez pas

Question: Je suis entré à la mosquée pour y prier, mais j’ai trouvé un Imam derrière qui je n’aime pas prier; que dois-je faire pour obtenir quand même la récompense de la prière en commun?

Réponse: Si vous êtes entré à la mosquée pour y prier en congrégation et que vous les avez trouvés en train de prier, alors priez avec eux même si l’Imam est quelqu’un que vous n’aimez pas, parce que la prière en congrégation est obligatoire et dans un tel cas vous liez à ce devoir. Donc il ne vous est pas permis de partir. Mais il reste la question de savoir pourquoi vous n’aimez pas cet homme? Est-ce du à un défaut dans sa religion, ou à une inimitié personnelle entre vous? Si c’est par inimitié personnelle, alors il incombe au musulman d’abandonner toute rancœur existant entre lui et son frère et de la remplacer par l’harmonie et l’amour fraternel, comme Allah, Le Très Haut, dit: “Les croyants ne sont que des frères. ” (Al-Hujurat 49: 10).

Cependant, si votre inimitié est due à un défaut de sa religion, alors il vous incombe de le conseiller et de bien lui expliquer ce qui ne va pas dans sa religion, afin qu’il le corrige et qu’il marche sur le chemin droit comme Allah l’a ordonné. Quant aux gens qui renonce les uns aux autres quand ils voient des défauts dans la religion les uns des autres, et se contentant de se cloîtrer dans leur rancœur et leur inimitié, cela est en contradiction avec l’état de croyant dont Allah dit: “Vous êtes la meilleure communauté qu'on ait fait surgir pour les hommes vous ordonnez le convenable, interdisez le blâmable et croyez à Allah. Si les gens du Livre croyaient, ce serait meilleur pour eux, il y en a qui ont la foi, mais la plupart d'entre eux sont des pervers. ” (Aal 'Imran 3: 110).

Ibn 'Uthaimin

source : islamvie.com

_________________




'Umar Ibn AbdelAziz dit:" Quiconque oeuvre sans science, ce qu'il corrompt est supérieur à ce qu'il réforme" (Jami' Bayan al 'ilm... 27/1)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://annisa.superforum.fr
Aliya Oum Taymiya
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 7452
Age : 33
Localisation : Sur la Terre d'Allah ta'ala
Date d'inscription : 24/06/2006

MessageSujet: Re: Prieres en commun   Lun 25 Déc 2006 - 17:48

Il est permis à celui qui prie seul d’interrompre sa prière pour prier en congrégation

Question: Si quelqu’un était en train de faire seul une prière obligatoire et pendant qu’il est en train de prier, des gens entrent dans la mosquée, font le Takbir et commencent à prier en congrégation. Doit-il interrompre sa prière, ou faire l’intention de prier une prière non obligatoire afin de pouvoir prier avec eux?

Réponse: Il est meilleur d’en faire une prière non obligatoire puis de prier avec ceux qui ont commencé la prière en congrégation, afin d’obtenir la récompense de la prière en commun. S’il l’interrompt, il n’y a pas de mal à cela parce qu’il l’interrompt pour une raison licite qui revient à la même prière. Et par Allah on atteint le succès.

Ibn Baz


Craignez Allah autant que vous le pouvez

Question: Je suis un musulman et – louanges à Allah – je fais habituellement mes prières à la mosquée, sauf que je suis souvent en retard pour le Fajr parce que le sommeil me vainc et que j’ai du mal à me réveiller, malgré mon réveil. Je pense souvent à cela et je crains d’être coupable d’hypocrisie. Suis-je considéré comme un hypocrite dans ce cas? Que me conseillez-vous?

Réponse: Vous devez faire des efforts afin qu’il vous soit facile de prier en congrégation, entre vous pouvez utiliser des réveils, vous coucher tôt, ou charger un membre de votre famille de vous réveiller, au cas où vous n’entendez pas le sonnerie. Allah, Le Tout Puissant, dit: “Quiconque craint Allah cependant, Il lui facilite les choses. ” (At-Talaq 65: 4).

Et Il, glorifié, dit: “Craignez Allah, donc autant que vous pouvez” (At-Taghabun 64: 16).

Qu’Allah vous facilite les choses et vous aide à accomplir ce qu’Il vous a ordonné.

Ibn Baz



Règle sur l’abandon de la prière en congrégation sous prétexte des vêtements sales

Question: j’ai un collègue de travail (dans un magasin de voitures) que j’incite à prier, mais il refuse en prétendant que ses vêtements sont sales et qu’il lui est difficile d’en changer et qu’il priera quand il sera de retour chez lui. Quelle est la règle à ce sujet?

Réponse: il incombe à ce collègue que vous mentionnez de prier en congrégation et il n’est pas permis de retarder la prière jusqu’à ce qu’il rentre chez lui, d’après les paroles du Prophète (salallahou 'aleyhi wa salam): “Quiconque entend l’appel à la prière et n’y répond pas, il n’y a pas de prière pour lui, à moins qu’il ait une excuse ” (Ibn Majah no. 793, Ad-Daraqutni 1: 420 et Al-Hakim 1: 245).

Une excuse serait la maladie, ou quelque chose de semblable. Quant aux vêtements sales ce n’est pas une excuse. Cependant, s’il y a des choses impures dessus, il doit les laver ou en changer. Nous demandons la guidance d’Allah pour nous tous.

Ibn Baz

source : islamvie.com


_________________




'Umar Ibn AbdelAziz dit:" Quiconque oeuvre sans science, ce qu'il corrompt est supérieur à ce qu'il réforme" (Jami' Bayan al 'ilm... 27/1)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://annisa.superforum.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Prieres en commun   

Revenir en haut Aller en bas
 
Prieres en commun
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Textes de prières du patrimoine chrétien commun.
» Il faut stopper le socle commun des... conneries !
» PRIERES DU COEUR - PRIERES DOREEN VIRTUE
» En quête d'un "dénominateur commun" pour "le machin"
» O Bienheureuse Solitude ! (SAINTES PRIERES ET DEVOTIONS)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
An Nisa :: A la mosquée et la prière en groupe-
Sauter vers: